Cet article date de plus de neuf ans.

Les données personnelles pas assez protégées sur les smartphones (CNIL)

Plus de 17 millions de Français utilisent un smartphone, ces "téléphones intelligents". La CNIL publie ce matin une étude sur la question, que France Info a pu se procurer en exclusivité, d'où il ressort que les données personnelles ne sont pas toujours assez bien protégées.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Sept personnes sur dix n'éteignent jamais leurs smartphones, ces téléphones-jeux-radios-balladeurs, qui plus est connectés à internet. Un chiffre qui montre à quel point ces petits engins sont devenus indispensables aux 17 millions de français déjà séduits par leurs vastes écrans.

Mais ces téléphones peuvent aussi constituer un énorme trésor pour des pirates informatiques. En effet, l'étude réalisée par Médiamétrie pour la CNIL (Commission nationale informatique et libertés) montre que 89% des possesseurs de smartphones stockent des contacts personnels, des vidéos, des photos, des notes. D'autres - 40% - y notent même des codes secrets, comme des coordonnées bancaires, des codes d'accès, voire des informations médicales.

Ces données ne sont pas toujours protégées. 30% des utilisateurs n'ont en effet aucun code de protection actif sur leurs téléphones. De plus, bien que la moitié des utilisateurs véridient à quelles données a accès une application avant de la télécharger, 71% ne lisent que rarement les conditions d'utilisation. Quand à la géolocalisation, elles est activée par 55% d'entre eux.

Contrairement à l'image d'Epinal, ce sont les plus jeunes qui se montrent les plus avisés en matière de protection des données. 82% évitent d'enregistrer des codes secrets et ils prennent plus de précautions que la moyenne en matière de codes de vérouillage par exemple.

 


Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.