Objectif Lune : la mission Artémis 1 est repoussée au printemps, annonce la Nasa

La répétition générale du lancement a été repoussée à mars, ce qui décale donc le lancement effectif de la fusée géante SLS. Il n'y aura pas d'astronaute à bord de la mission Artémis 1, qui marque une première étape vers les retrouvailles de l'homme et de la Lune.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
A terme, le programme Artémis doit permettre aux Etats-Unis de renvoyer des humains sur la Lune. (HANDOUT / NASA VIA AFP)

Elle était d'abord prévue pour fin 2021, puis pour février 2022. La première mission du programme américain de retour sur la Lune, Artémis 1, va finalement débuter un peu plus tard que prévu. La Nasa a fait savoir qu'elle étudiait "les opportunités de lancement en avril et en mai", dans un communiqué (en anglais) publié mercredi 2 février. Ce délai est dû à la foule de vérifications nécessaires, précise l'agence. La grande répétition générale du lancement, initialement prévue en février, a finalement dû être décalée à mars. Avec pour effet de repousser le lancement effectif.

Artémis 1 ne comportera pas d'astronaute à bord, mais signera le réel lancement du programme Artémis, qui doit permettre aux Etats-Unis de renvoyer des humains sur la Lune, dont la première femme et la première personne de couleur. A cette occasion, la nouvelle fusée géante de la Nasa, SLS, volera pour la première fois. Elle sera chargée de propulser la capsule Orion jusqu'à la Lune, où celle-ci sera placée en orbite avant de revenir sur Terre.

Une fusée de 100 mètres assemblée en Floride

Lors de la répétition générale de mars, la fusée doit être amenée sur le pas de tir, ses réservoirs remplis de carburant et toute la séquence de lancement effectuée -mis à part le vrai décollage. Le déroulement de cette répétition générale déterminera ensuite la date précise du décollage. Le délai supplémentaire n'est pas provoqué par un problème "spécifique", a précisé lors d'une conférence de presse Tom Whitmeyer, responsable pour le développement des systèmes d'exploration à la Nasa.

"Cela peut être quelque chose d'aussi simple qu'une éraflure devant être polie, ou de la peinture à retoucher, il y a simplement beaucoup à faire, c'est un immense véhicule", a-t-il ajouté. La fusée SLS, actuellement entièrement assemblée au Centre spatial Kennedy en Floride, est haute de quasiment 100 mètres. Il y a quelques mois, un rapport indépendant du bureau de l'inspecteur général avait estimé que la mission Artémis 1 aurait en réalité probablement lieu "à l'été 2022".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Espace

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.