Le vaisseau de ravitaillement Progress a réussi à s'amarrer à l'ISS

Il apporte plus de 2,3 tonnes d'oxygène, de combustible, de nourriture et d'équipements scientifiques.

Le vaisseau Progress lors de son décollage, le 3 juillet, de la base de lancement de Baïkonour (Kazakhstan).
Le vaisseau Progress lors de son décollage, le 3 juillet, de la base de lancement de Baïkonour (Kazakhstan). (REUTERS)

Il a tourné 34 fois autour de la Terre avant de s'arrimer sans problème. Le vaisseau de ravitaillement russe Progress, qui avait décollé vendredi, a réussi à s'amarrer dimanche 5 juillet au matin à la Station spatiale internationale (ISS), après deux échecs ces derniers mois.

Le vaisseau apporte plus de 2,3 tonnes d'oxygène, de combustible, de nourriture et d'équipements scientifiques, ainsi que des paquets personnels pour les trois spationautes présents dans l'ISS, les Russes Guennadi Padalka et Mikhaïl Kornienko ainsi que l'Américain Scott Kelly. Le commandant Padalka doit regagner la Terre en novembre, tandis que les deux autres font partie d'une mission d'un an qui se terminera en mars prochain. 

"C'est Noël en juillet"

Il s'agit du premier Progress à réussir à atteindre la station depuis la perte d'un précédent vaisseau cargo Progress, qui s'était désintégré le 8 mai dans l'espace. Un vaisseau Progress, vide de provisions, avait en revanche réussi à s'amarrer en mai à la station et à ramener trois spationautes de l'ISS, le 11 juin.

"C'est Noël en juillet !" ont lancé les spationautes sur le compte Twitter de la mission, une fois le vaisseau correctement arrimé. "Félicitations, les gars, votre vaisseau cargo est arrivé", a lancé Padalka au centre de contrôle terrestre, et il est "en parfait état".

Ce succès met fin à une série noire qui inquiétait les scientifiques, même si l'ISS avait de quoi tenir jusqu'en octobre. Le vaisseau Progress restera attaché pendant quatre mois. Les spationautes y mettront leurs déchets et les équipements devenus inutiles, avant de le renvoyer vers la Terre.