VIDEO. Joint, whisky et discussion sur la fin du monde : l'interview déjantée d'Elon Musk, le dirigeant de Tesla

Avec un t-shirt "Occupy Mars", le dirigeant de l'entreprise de voitures électriques a parlé de sa vision d'un avenir dans lequel les humains exploreraient et coloniseraient le cosmos.

Elon Musk a réalisé une interiew de plus de deux heures avec l\'animateur de podcast Joe Ragen, le 6 septembre 2018 en Californie. 
Elon Musk a réalisé une interiew de plus de deux heures avec l'animateur de podcast Joe Ragen, le 6 septembre 2018 en Californie.  (CAPTURE D'ÉCRAN YOUTUBE)

La saga des frasques d'Elon Musk se poursuit. Déjà confronté aux difficultés de son entreprise, le PDG de Tesla a de nouveau fait parler de lui avec une interview déjantée de plus de deux heures au cours de laquelle il est apparu buvant du whisky et fumant du cannabis. L'interview, réalisée par le comédien et animateur Joe Rogan, a été diffusée en direct sur YouTube et suivie par environ 90 000 personnes.

Entre deux questions, le patron de Tesla sirotait un verre de whisky et a tiré sur un joint que l'animateur lui a proposé. "Je ne fume presque jamais d'herbe, a-t-il dit. Je trouve que ce n'est pas bon pour la productivité, c'est un peu l'inverse d'une tasse de café." Vêtu d'un t-shirt noir sur lequel était inscrit "Occupy Mars", Elon Musk a également parlé de sa vision d'un avenir dans lequel les humains exploreraient et coloniseraient le cosmos : "Si nous devions rester sur terre à jamais, ce ne serait pas un bel avenir."

Interrogations sur la fragilité d'Elon Musk 

Le dirigeant de Tesla a aussi abordé ses difficultés à la tête du groupe. "Je ne pense pas que vous voudriez être à ma place, vous n'aimeriez pas tellement", a-t-il lancé. En août dernier, Elon Musk avait révélé son état d'intense fatigue et de stress lors d'un entretien au New York Times, qui le décrivait comme "passant du rire aux larmes" au cours de la conversation. 

Les interrogations sur la fragilité d'Elon Musk sont venues s'ajouter ces derniers temps aux doutes de certains investisseurs sur la capacité de Tesla à remplir ses objectifs de production. La société a vu plus d'un cinquième de sa capitalisation boursière partir en fumée depuis un des tweets d'Elon Musk du 7 août dernier sur un possible retrait de la Bourse du constructeur de voitures électriques, qui lui vaut des ennuis judiciaires. 

Tesla a également chuté, vendredi 7 septembre, dans les premiers échanges à Wall Street, en raison des départs de deux dirigeants : Gabrielle Toledano, la directrice des ressources humaines, et Dave Morton, le chef comptable, qui a remis sa démission un mois seulement après son embauche en expliquant ne pas supporter la forte médiatisation autour du groupe.