Cet article date de plus de quatre ans.

Des algues vertes ont survécu deux ans à l'extérieur de la Station spatiale internationale

A leur retour de l'espace, ces algues ont repris leur vie normalement. Les chercheurs doivent maintenant vérifier s'il y a d'éventuelles séquelles sur leur ADN.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'extérieur de la tation spatiale internationale, le 9 janvier 2017. (THOMAS PESQUET / ESA/NASA / AFP)

Une résistance incroyable. Malgré le vide spatial et les radiations cosmiques, des algues vertes ont survécu pendant deux ans à l'extérieur de la Station spatiale internationale, selon une étude de Fraunhofer-Gesellschaft (en anglais), un institut allemand spécialisé dans la recherche en sciences appliquées, et repérée par Numerama, vendredi 10 février.

Ce ne sont pas n'importe quelles algues vertes qui ont été envoyées dans l'espace. "Ces algues ont été desséchées [déshydratéesavant d’aller dans l’espace, et pendant leur séjour sur l’ISS, on les a maintenues endormies, sans croissance, sans développement et presque sans aucun métabolisme. Mais l’expérience montre que certains organismes terrestres sont suffisamment robustes pour faire face à des mois d’exposition à l’espace, sans combinaison spatiale", détaille, à New Scientist (en anglais), René Demets, de l’Agence spatiale européenne.

La future alimentation sur Mars ?

A leur retour de l'espace, ces algues ont repris leur vie normalement. Les chercheurs doivent maintenant vérifier s'il y a d'éventuelles séquelles sur leur ADN. Ces découvertes ouvrent des perspectives en vue de la colonisation de l'espace. "Ces résultats sont significatifs à plusieurs niveaux, y compris pour une mission sur Mars. La production de nourriture sur Mars serait essentielle pour la survie, si les hommes colonisaient la planète rouge dans un lointain futur ", expliquent les chercheurs dans l'étude.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Espace

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.