Débris de fusée chinoise : "Il y a un risque non nul" que cela fasse des dégâts, "mais cela serait vraiment un manque de chance", assure un expert au CNES

"il n'y a que 3% de la surface du globe qui est densément peuplée", a assuré Christophe Bonnal sur franceinfo. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La fusée a été lancée le 29 avril 2021. Sur la photo, on voit une fusée équivalente lancée en novembre 2020.  (STR / AFP)

Des débris d'une fusée chinoise vont retomber sur Terre, peut-être samedi 8 mai ou ce dimanche, sans que l'on sache où précisément. Le risque de dégats au sol est minime. Christophe Bonnal, membre du CNES (Centre national d'études spatiales) assure que le danger est très faible.

franceinfo : Comment expliquer qu'on ne puisse pas calculer précisément la trajectoire de ces débris ?

Christophe Bonnal : Un objet en orbite subit ce qu'on appelle la traînée atmosphérique, c'est la force qui s'exerce sur votre main quand vous passez la main par la fenêtre de votre voiture. Ça dépend de la surface et de la forme de l'objet. Ça dépend de la densité atmosphérique qui elle-même dépend de l'activité solaire. Bref, on a un mal de chien à calculer, à prévoir la date de rentrée et en conséquence, le lieu de rentrée. Il faut savoir qu'une erreur d'une minute représente à peu près la longueur de la France.

Quel risque représente cette fusée ?

C'est un gros étage. Il fait une vingtaine de tonnes, essentiellement en aluminium. Or, l'aluminium fond au moment où le lanceur, cet étage va rentrer dans l'atmosphère. Il va subir un énorme coup de frein qui va le fragmenter et surtout un échauffement très important. Il peut monter à 1 200, 1 300, 1 400 degrés celsius. Il peut rester quelque chose. Il y a des éléments aux matériaux réfractaires, comme le titane, par exemple, des morceaux de moteurs. Il peut y avoir une tonne, deux tonnes, voire trois tonnes qui peuvent impacter la surface du globe.

Cela peut faire des dégâts ?

On a la chance que la géographie est avec nous. La surface du globe, c'est 70% d'océans, plus 10% de déserts, de savanes. C'est étonnant, mais il n'y a que 3% de la surface du globe qui soit densément peuplée. Il y a une probabilité, il y a un risque non nul, mais cela serait un manque de chance significatif. C'est quelque chose qui est vraiment très classique. On a en moyenne un étage de lanceur ou un satellite entier qui rentre chaque semaine. Ils peuvent faire 1, 2, 3, 4 ou 5 tonnes.

Et cela fait rarement des victimes ?

Depuis Spoutnik 1 en 1957, 25 000 objets, dont environ 10 000 gros sont rentrés dans l'atmosphère. Pour le moment il n'y a jamais eu ni de victimes, ni même de blessés. Il y a une dame qui a été touchée à l'épaule dans l'Oklahoma. C'était quasiment une feuille morte qui, après analyse, s'était avérée être un morceau de fusée. Il y a à peu près une tonne de matériaux artificiels, de satellites, débris, qui rentrent dans l'atmosphère chaque jour, et à peu près 100 tonnes de météorites.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Espace

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.