"Nous espérons qu'elle tombera dans l'océan" : les Etats-Unis suivent de près le morceau de fusée chinoise qui doit retomber sur Terre ce week-end

Ce gros morceau de 20 tonnes suit une trajectoire incontrolée. Les risques restent toutefois limités. 

Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le lancement de la fusée a eu lieu le 29 avril 2021 depuis la Chine.  (JU ZHENHUA / XINHUA)

Les regards sont tournés vers le ciel alors que les restes d'une fusée chinoise doivent s'écraser samedi ou dimanche 9 mai, quelque part sur la planète. Un élément de 20 tonnes de la fusée Longue Marche, lancée le 29 avril dernier, depuis l’ile de Hainan en Chine est en train de retomber sans que sa trajectoire soit contrôlée. En réalité, les risques sont très limités car l'engin peut se désintégrer mais il est placé sous étroite surveillance.

Les Etats-Unis surveillent 

Mercredi 5 mai, le commandement spatial américain déclarait suivre de près la route de cette fusée, qui peu à peu se rapproche de l’atmosphère terrestre. Le lanceur, après avoir mis en orbite un module de la future spatiale chinoise, a commencé à redescendre vers la terre avec une trajectoire incontrôlée. Et personne ne sait ou la fusée va s’écraser, ni quand précisément. "A ce stade, nous n'avons pas prévu de détruire la fusée, a déclaré le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin. Nous espérons qu'elle tombera à un endroit où elle ne fera de mal à personne, dans l'océan par exemple. Cela témoigne en tout cas que pour ceux qui opèrent dans l'espace, il y a ou il devrait y avoir une obligation d'opérer de façon sécurisée et réfléchie et de prendre tout ceci en considération". 

En mai 2020, déjà des morceaux d’une autre fusée Longue-Marche s’étaient écrasés en Côte d’ivoire, tombant sur des bâtiments sans faire de blessés. Si Washington suit tout cela de près, c’est aussi parce qu’Américains et Chinois sont en concurrence frontale pour la reconquête de la Lune et que les mésaventures de ces fusées made in China arrangent, un peu, les Etats-Unis.

La France ne devrait pas être touchée 

Ce gros morceau de fusée, pesant plus de 20 tonnes, doit redescendre sur Terre ce weekend. Nicolas Bobrinsky, chef du département ingénierie et innovation du centre européen d’opérations spatiales de l’ESA en Allemagne, estime que l'Europe devrait être épargnée. "Tel que c'est tout de suite, la rentrée peut mathématiquement être n'importe où sur Terre entre -41 et + 41 degrés de latitude. Ça laisse à l'abri toute la partie septentrionale de l'Europe, donc la France ou l'Allemagne, mais malgré tout ça laisse une bande assez large, prévient-il sur franceinfo. Ça peut toucher le sud de la Chine, et tout ce qui est au-dessus de l'équateur : l'Inde, Vietnam, Laos, Singapour ou l'Iran. Même tout l'Afrique peut être touchée."   
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Astronomie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.