Cœur artificiel : le patient "évolue de façon très favorable"

INTERVIEW | Il y a douze jours, une équipe de chirurgiens de l'hôpital Georges Pompidou à Paris réussissait une première mondiale : implanter un cœur artificiel autonome sur un patient atteint d'une grave insuffisance cardiaque. Sur France Info, l'un des concepteurs du projet, le professeur Christian Latrémouille, revient sur cet événement qui "donne beaucoup d'espoir". La santé du patient, elle, "évolue de façon très favorable".

(Maxppp)

Douze jours après l'opération, il faut "se garder de tout triomphalisme " prévient d'emblée le professeur Christian Latrémouille. Ce dernier est l'un des concepteurs du projet de cœur artificiel Carmat implanté sur un homme de 75 ans à l'hôpital Georges Pompidou de Paris, imaginé par le professeur Alain Carpentier.

Pour autant, le patient "évolue de façon très favorable ". Selon le Pr. Latrémouille, "on peut discuter avec lui, il nous fait part de ses impressions }]]Au-delà du cas particulier, cette greffe exceptionnelle - cette "prothèse révolutionnaire " - "donne beaucoup d'espoir ". Désormais, "il y a de nouvelles approches qui émergent, et d'autres patients sont en cours de sélection* ".

Mais attention, pas question prévient le professeur Christian Latrémouille, de remettre en cause la transplantation cardiaque. "Il faut continuer à faire des dons d'organes ", exhorte-t-il.

*