Vidéo "La comète est la métaphore parfaite" : climatologue, il se reconnaît dans "Don't look up"

Publié
BRUT
Article rédigé par

Dans le film "Don't Look Up", les scientifiques sont ignorés alors qu'une catastrophe menace la Terre. C'est aussi ce qu'il se passe dans la réalité selon ce climatologue...

"On va vers l'effondrement de notre civilisation, et ils en parlent comme d'un problème parmi d'autres (...) En regardant ce film, j'avais l'impression de me voir." Peter Kalmus est climatologue. Selon lui, le film "Don't Look Up" est une métaphore réussie de la manière dont la société et les gouvernements ignorent la terrible menace de l'urgence climatique, malgré les mises en garde claires de la communauté scientifique. "J'ai constamment le sentiment que je vais devoir grimper sur mon toit et crier à tout le monde de se réveiller", confie-t-il.

La comète, "la métaphore parfaite"

Le film satirique met en scène deux scientifiques qui cherchent désespérément à alerter le monde de l'arrivée d'une comète tueuse de planète. "La comète du film est la métaphore parfaite pour cette satire, car c'est un objet céleste qui n'en a rien à foutre et qui se dirige inexorablement vers la Terre", estime Peter Kalmus. Il ajoute : "On ne peut pas négocier avec elle. On ne peut pas la persuader de ne pas s'écraser sur nous."

Un problème pas suffisamment exposé

Les climatologues tirent la sonnette d'alarme depuis des années, mais pour Peter Kalmus, les médias grand public n'exposent pas suffisamment l’urgence de la situation. Il considère même que les climatologues et les militants pour le climat à qui on donne la parole sont ceux qui minimisent la gravité du problème.

Les gaz à effet de serre, l'ennemi numéro 1

Pour Peter Kalmus, une solution s'impose : sortir des énergies fossiles dans un délai de 10 ans au maximum. Il accuse les dirigeants politiques et les entreprises d'énergies fossiles de protéger les secteurs qui sont à l'origine du problème. La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et l(Accord de Paris incitent les pays signataires à réduire drastiquement leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050, mais pour Peter Kalmus, le temps presse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.