Astronomie : des anti-étoiles existent-elles dans l'Univers ?

Une anti-étoile est un corps céleste hypothétique composé d'antimatière. Des chercheurs toulousains de l'Irap ont isolé "14 sources qui seraient compatibles avec des anti-étoiles"Si elles existent bien, il faudra reconsidérer la façon dont s’est déroulé la création de l'Univers. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une photo prise le 15 juillet 2020 montre la Voie lactée à Saint-Michel-L'Observatoire, dans les Alpes-de-Haute-Provence. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

Existe-t-il des anti-étoiles autour de nous ? Dans l’univers, selon les physiciens, il y a de la matière et de l’antimatière, et leur rencontre crée de l’énergie. Des chercheurs toulousains de l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (Irap) viennent de publier un article dans la Physical Revue. Ils ont étudié dix ans de données du télescope à rayon Gamma Fermi. Ces scientifiques toulousains se demandent si des traces de cette anti-matière pourraient se cacher dans quelques regroupement d’étoiles, qu’ils appellent des anti-étoiles.

"Une anti-étoile est un corps céleste hypothétique qui seraient constitués d'antimatière, explique Peter Von Ballmoos de l’Irap. Une étoile qui serait formée d'antimatière émettrait une lumière qui ressemble parfaitement à la nôtre. On ne pourrait pas dire, en regardant ce soleil lointain, si il est fait de matière et d’antimatière", poursuit-il. Le chercheur rappelle que "la particularité de cette antimatière est qu’elle a ce qu'on appelle une énergie négative, c'est-à-dire si elle rencontre de la matière de l'énergie positive, elle solde deux fois cette énergie au repos, donc une quantité absolument faramineuse de l'énergie dégagée en forme de lumière".

Une hypothèse de recherche

Luigi Tibaldo est astronome adjoint à l’Université Paul Sabatier et à l’Irap. Il explique le mystère que les scientifiques tentent de comprendre : "Puisque quand la matière et l'antimatière rentrent en contact elles se détruisent, aujourd’hui notre univers devrait être vide. Or, évidemment, il n'est pas vide. Comme les observations nous disent qu'il y a exclusivement de la matière, la piste qui est poursuivie le plus souvent par les physiciens est de chercher à trouver un mécanisme qui nous permet de produire un peu plus de matière par rapport à l'antimatière."

"Si on arrivait à démontrer qu'en fait, il y a de l'antimatière en quantité significative dans l'univers, par exemple des anti-étoiles, il faudrait reconsidérer complètement la façon dont on voit l'histoire de l'univers."

Luigi Tibaldo

à franceinfo


Comme l’admet Simon Dupourqué, doctorant à l’Irap, rechercher des anti-étoiles est une hypothèse : "On a pu isoler 14 sources qui seraient compatibles avec des anti étoiles. Il est hautement probable que ce soit autre chose, comme des pulsars ou des noyaux actifs de galaxies. Mais en prenant l'hypothèse que ces 14 sources sont des anti-étoiles, alors si on suppose que les anti-étoiles sont dans le disque, on s'attend au final à ce qu'il y en ait très peu une anti-étoile pour 400 000 étoiles normales.”

Il est possible que ces anti-étoiles primordiales se soient cachées dans l’énorme halo qui entoure notre galaxie : se cacher en pleine lumière quel beau paradoxe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Astronomie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.