Vitamine D : l'Académie de médecine incite à augmenter les doses

L'Académie de médecine publie une série d'études révélant que la majorité des Français manquent de vitamine D. Quelles sont les causes de cette carence et comment augmenter ses apports journaliers en vitamine D ?  

La moitié des Français présentent des carences en vitamine D. L\'Académie de médecine préconise d\'en augmenter les apports, lors de la présentation d\'un rapport, mercredi 26 juin 2012. 
La moitié des Français présentent des carences en vitamine D. L'Académie de médecine préconise d'en augmenter les apports, lors de la présentation d'un rapport, mercredi 26 juin 2012.  (RADIUS IMAGES / GETTY IMAGES )

"Environ la moitié de la population française est carencée en vitamine D" : c'est la conclusion du professeur Bernard Salle, membre de l'Académie de médecine et auteur d'un rapport sur le sujet, adopté le 29 mai. Une précédente étude, publiée en avril par l'Institut national de veille sanitaire (InVS), indiquait déjà que 42,5% de la population de 18 à 74 ans, non traitée pour des carences en vitamine D, présente un déficit "modéré à sévère" et 4,8 % un "déficit sévère". 

• Pourquoi les français sont-ils carencés ?

Nos grands-parents avaient pour habitude de consommer régulièrement en hiver de l'huile de foie de morue, rappelle le quotidien. Et ils avaient bien raison. C'était une manière de prendre une bonne dose de vitamine D. Mais aujourd'hui, les populations européennes et américaines manquent de cette précieuse vitamine. 

En cause : le manque d'ensoleillement. La vitamine D est en effet produite par le corps principalement sous l'action des rayons ultraviolets UVB sur la peau. Encore faut-il s'exposer au soleil d'été car "en automne et en hiver, le soleil est trop bas sur l'horizon pour que les UVB arrivent jusqu'au sol," explique le docteur Souberbielle, co-auteur du rapport, cité par Le Figaro

• A quoi sert la vitamine D ?

La vitamine D stimule l'absorption intestinale du calcium et sa fixation dans les os. Un déficit entraîne un rachitisme chez l'enfant et l'adolescent et une décalcification osseuse (ostéomalacie) chez l'adulte. Elle contribue également à l'ostéoporose chez la femme ménopausée et le sujet âgé. Elle stimule notamment le système immunitaire, lequel se trouve plus apte à lutter contre les maladies infectieuses, comme la tuberculose. 

L' étude publiée au printemps par l'InVS constate même que les personnes qui sortent peu de chez elles, où les femmes voilées dont la peau est très peu exposée aux rayons du soleil, s'exposent à des pathologies osseuses et à des maladies osseuses, lesquelles ont disparu une fois ces carences comblées, rappelle Le Figaro. 

• Comment augmenter les doses ?

Avec l'exposition au soleil : il ne faut pas se priver de s'exposer entre avril et septembre, mais attention à le faire avec prudence, car le soleil favorise les tumeurs de la peau.  

Avec certains aliments : Bernard Salle, interrogé par Le Figaro, explique que les autres sources naturelles de vitamine D sont rares. Essentiellement, les poissons gras sauvages comme la morue, le saumon ou le flétan... Mais il faudrait manger 400 grammes de saumon par jour pour avoir un apport journalier optimal en vitamine D.

Avec la supplémentation : le mieux, pour augmenter les doses sans casse-tête, est donc "l'absorption d'une ampoule de vitamine chaque jour" conclut le professeur. Après 50 ans, "l'absorption d'une capsule de vitamine D par mois devrait être systématique", souligne-t-il. Des os plus solides permettraient en effet d'éviter de nombreux accidents. Pour les jeunes entre 10 et 20 ans, le psychiatre Jean-François Duhamelco-auteur du rapport et également cité par Le Figaro, préconise une supplémentation de 100 000 unité internationale (UI, l'unité de mesure de la vitamine D, un microgramme équivalant à 40 UI) deux à trois fois par an à titre préventif.