VIDEO. Orthodontie : avoir un beau sourire sans passer par les bagues

Invité sur le plateau de France 2, l'orthodontiste Jean-Baptiste Kerbrat donne des précisions sur des traitements souvent détestés par les enfants.

France 2

Sur le plateau de France 2, l'orthodontiste Jean-Baptiste Kerbrat explique que les adultes se rendent chez des orthodontistes, aussi bien pour des raisons médicales qu'esthétiques. "Il faut être franc, on est dans un monde où on veut être plaisant et beau. Il y a une pression sociale aussi. Nous avons des adultes qui viennent pour des raisons professionnelles, pour que le sourire soit joli", indique-t-il notamment.

Pour le médecin de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, il faut commencer à s'inquiéter lorsqu'on voit des dents qui commencent à pousser de travers "vers 6, 7 ans, à l'âge où les mâchoires et les dents se mettent en place définitivement". "Ce qu'il faut traiter jeune, ce sont les déficits de mâchoire", déclare l'invité, précisant qu'"une mâchoire qui n'est pas l'une en face de l'autre doit être traitée quand l'enfant grandit".

"Des méthodes invisibles"

Les bagues ne sont par ailleurs pas toujours obligatoires. Lorsque les patients sont traités assez tôt, "on évite les bagues dans certains cas plus tard", affirme Jean-Baptiste Kerbrat, qui évoque par ailleurs "des méthodes invisibles, comme les bagues linguales, les aligneurs, les bagues blanches et transparentes".

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Fin mai 2014, un adolescent de Bagnols-sur-Cèze (Gard) a préféré simuler un enlèvement plutôt que de se rendre à son rendez-vous chez le dentiste.
Fin mai 2014, un adolescent de Bagnols-sur-Cèze (Gard) a préféré simuler un enlèvement plutôt que de se rendre à son rendez-vous chez le dentiste. (BSIP / UIG / UNIVERSAL IMAGES GROUP / GETTY IMAGES)