Paludisme : l'OMS recommande le déploiement massif chez les enfants du premier vaccin contre cette maladie infectieuse

Ce vaccin, fabriqué par le laboratoire britannique GlaxoSmithKline, a pour but de lutter contre la maladie qui tue environ un demi-million de personnes chaque année, presque toutes en Afrique subsaharienne, dont 260 000 enfants de moins de 5 ans.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un soignant mesure le dosage du vaccin contre le paludisme à Ndhiwa (Kenya), le 13 septembre 2019. (BRIAN ONGORO / AFP)

Une avancée majeure. L'Organisation mondiale de la santé a approuvé, mercredi 6 octobre, le tout premier vaccin pour prévenir le paludisme. Ce vaccin pourrait sauver la vie de dizaines de milliers d'enfants à travers le monde chaque année.

"C'est un moment historique. Le vaccin antipaludique tant attendu pour les enfants est une percée pour la science, la santé infantile et la lutte contre le paludisme", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, cité dans un communiqué de presse.

L'Afrique subsaharienne très concernée

Le paludisme, qui se transmet par les piqûres de moustiques, est l'une des maladies infectieuses les plus anciennes connues et les plus mortelles. Il tue environ un demi-million de personnes chaque année, presque toutes en Afrique subsaharienne, dont 260 000 enfants de moins de 5 ans.

"Pendant des siècles, le paludisme a hanté l'Afrique subsaharienne, causant d'immenses souffrances personnelles", a déclaré Matshidiso Moeti, directeur régional de l'OMS pour l'Afrique.

Le nouveau vaccin RTS,S, fabriqué par GlaxoSmithKline, stimule le système immunitaire d'un enfant pour contrecarrer Plasmodium falciparum, le plus mortel des cinq agents pathogènes du paludisme et le plus répandu en Afrique. Le vaccin n'est pas seulement une première pour le paludisme : c'est le premier développé pour une maladie parasitaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccins

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.