En cinq ans, le tétanos a tué huit personnes en France, faute de vaccination

La maladie a fortement régressé de 1960 jusqu'aux années 2000 avant de revenir dans de faibles proportions.

Depuis 1940, le tétanos fait partie des vaccins obligatoires du nourrisson.
Depuis 1940, le tétanos fait partie des vaccins obligatoires du nourrisson. (VOISIN / PHANIE)

Le tétanos tue encore. Cette maladie a infecté 35 personnes entre 2012 et 2017, dont huit sont mortes, alors que la vaccination aurait permis d'éviter la totalité de ces cas, selon l'agence Santé publique France, qui publie mardi 11 décembre son bulletin épidémiologique hebdomadaire. Depuis 1940, le tétanos fait partie des vaccins obligatoires du nourrisson et depuis le 1er juin dernier, il figure parmi les 11 vaccins obligatoires à administrer avant l'âge de 18 mois.

La maladie a fortement régressé de 1960 (plus de 450 cas et 300 décès) à 2006 avant de revenir dans de faibles proportions, avec quatre à 15 cas par an ces douze dernières années. Sur les 35 cas déclarés de 2012 à 2017, cinq l'ont été en 2012, dix en 2013, trois en 2014, neuf en 2015, quatre en 2016 et quatre en 2017. Il s'agit principalement de personnes âgées (71% avaient 70 ans ou plus) mais aussi pour trois cas de jeunes garçons âgés de 3, 4 et 8 ans.

Des personnes pas ou mal vaccinées

Tous ces malades étaient non ou mal vaccinés. Parmi les trois enfants, celui âgé de quatre ans avait une vaccination incomplète (deux des trois doses prévues pour la primo vaccination) et les deux autres n'étaient pas vaccinés. Santé publique France rappelle donc l'importance de la vaccination, notamment des rappels chez les adultes, souvent mal respectés. Les enquêtes montrent en outre que plus de la moitié des adultes ne disposent pas de carnet de vaccination.