Vaccination contre le coronavirus : sera-t-elle aussi déconseillée en France pour certaines personnes ?

Deux personnes ont mal réagi aux premières injections du vaccin contre le coronavirus de Pfizer-BioNTech au Royaume-Uni, mardi 8 décembre. Les autorités britanniques déconseillent la vaccination aux personnes ayant un historique allergique significatif.

France 2

Au Royaume-Uni, alors que deux soignants ont mal réagi aux injections du vaccin anti-Covid de Pfizer-BioNTech effectuées mardi 8 décembre, les autorités britanniques déconseillent la vaccination aux personnes ayant un historique allergique significatif. "Ça implique des personnes qui ont fait une réaction allergique sévère, ce qu'on appelle un choc anaphylactique. [...] Ça peut arriver lors d'une vaccination, ça peut arriver avec l'alimentation ou avec certains médicaments. La question est de savoir quel périmètre va être défini par les autorités de santé, à qui va-t-on contre-indiquer le vaccin", explique le journaliste et médecin Damien Mascret sur le plateau du 13 Heures, mercredi 9 décembre.

L'expérience britannique va servir à la France

Plusieurs interrogations subsistent. "Est-ce qu'on va l'étendre aux personnes qui ont fait des réactions allergiques sévères sans pour autant être hospitalisé, sans pour autant avoir eu besoin d'injections d'adrénaline ? [...] Est-ce qu'on va l'étendre encore plus largement à tous ceux qui sont allergiques ? Ça représenterait presqu'un tiers de la population en France", se demande le médecin, qui précise que ces données anglaises seront utiles une fois que l'évaluation de ce vaccin sera faite à la fin du mois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Royaume-Uni a été le premier pays à autoriser le vaccin de Pfizer-BioNTech, début décembre.
Le Royaume-Uni a été le premier pays à autoriser le vaccin de Pfizer-BioNTech, début décembre. (JOEL SAGET / AFP)