Une association saisit la Haute Autorité de santé sur la recrudescence des "têtes plates" chez les nourrissons

L'arrière du crâne des nouveaux nés peut s'aplatir s'ils sont couchés trop souvent dans la même position.

Au moins 20% des bébé souffriraient de plagiocéphalie, un aplatissement de l\'arrière du crâne s\'ils sont toujours allongé dans la même position.
Au moins 20% des bébé souffriraient de plagiocéphalie, un aplatissement de l'arrière du crâne s'ils sont toujours allongé dans la même position. (IHO / SCIENCE PHOTO LIBRABRY / AFP)

L'association de défense des patients le Lien doit saisir la Haute Autorité de santé (HAS) au sujet de la recrudescence des "tête plates" chez les nourrissons, rapporte Le Parisien, mardi 4 avril. Au moins 20% des bébés souffriraient de plagiocéphalie, un aplatissement de l'arrière du crâne lié à un appui trop permanent de la tête, notamment contre le matelas. Le crâne d'un nourrisson est en effet très malléable les premiers mois de sa vie et peut donc se déformer, si l'enfant est toujours allongé dans la même position, par exemple.

Pour une meilleure information des parents

"Les consultations explosent, les parents s'inquiètent, mais rien ne bouge, affirme Claude Rambaud, vice présidente du Lien, au ParisienC'est donc à nous, usagers, de nous emparer du sujet. Les conséquences en termes de santé publique sont graves." Pour lutter contre ce phénomène, le Lien préconise "une meilleure information des parents à la maternité" et demande à la Haute Autorité de santé de mettre en place une évaluation médicale, précise Le Parisien.

Selon Thierry Marck, pédiatre spécialisé en plagiocéphalie, ces déformations peuvent entraîner des "problème vertébraux, de scoliose, de déformation de la mâchoire". Le médecin recommande aux parents de changer régulièrement leur enfant de position lorsqu'il est allongé, "de la naissance au premier mois".