Sao Tomé : un maladie ulcérante d’origine inconnue

Une maladie d'origine inconnue se manifestant par un violent ulcère cutané sèmerait l'inquiétude sur l'île de Sao Tomé, selon l'Agence France Presse, qui a échangé avec les autorités sanitaires du petit archipel africain de 200.000 habitants.

Pas moins de 1.094 cas auraient été enregistrés "depuis octobre", a indiqué à l’AFP la directrice des services de Santé, Maria Tomé Palmer. "La majorité des cas sont guéris. La guérison est difficile. Il y a des patients qui sont à l´hôpital depuis octobre", a-t-elle ajouté.

"La situation est préoccupante. On ne connaît pas l'agent pathogène qui provoque cette maladie", a poursuivi la directrice des services de santé.

La maladie se manifeste sous la forme d'un ulcère qui laisse d'énormes plaies à vif sur la peau. "Cet ulcère attaque seulement les membres inférieurs, les pieds", a expliqué Maria Tomé Palmer.

Les autorités ont demandé le soutien de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Celle-ci a dépêché sur place Ghislain Emmanuel, un spécialiste béninois de l'ulcère de Buruli (infection nécrosante de la peau liée, comme la lèpre et de la tuberculose, à une bactérie).

"Mon travail consiste à faire des biopsies qui seront analysées dans les laboratoires internationaux pour comprendre l'origine de la maladie", a-t-il précisé. Des prélèvements auraient déjà été envoyés au laboratoire de Yaoundé, au Cameroun.

Face à cette pathologie inconnue, les médecins santoméens n'ont pas de réponses thérapeutiques. "On fait des combinaisons d'antibiotiques. Il y a des cas où cette combinaison fonctionne bien, avec la guérison de l'ulcère. Mais il y a d'autres cas où cela ne fonctionne pas bien", a expliqué Maria Palmer.

A titre préventif, la direction des services de santé a demandé aux citoyens de renforcer les mesures d'hygiène.

La population active de Sao Tomé et Principe vit majoritairement de la pêche et l'agriculture, dans ce pays pauvre dépendant à 90% de l'aide internationale.

avec AFP