Rougeole : des écoles privées hors contrat à l'origine de l’épidémie entre 2008 et 2012

En France, des écoles privées d’obédience religieuse ou spirituelle sont à l'origine de la propagation de la rougeole qui a connu un pic en 2011, d’après une étude.

Rougeole : des écoles privées hors contrat à l\'origine de l’épidémie entre 2008 et 2012
Rougeole : des écoles privées hors contrat à l'origine de l’épidémie entre 2008 et 2012 (Photo ©Artur Marciniec - Fotolia)

Depuis novembre 2017, 2.567 cas de rougeole ont été confirmés en France, et trois personnes en sont décédées depuis le début de l'année 2018. Cette nouvelle épidémie apparaît dans un contexte de défiance accrue envers la vaccination, qui se répand en grande partie sur les réseaux sociaux. Si on ne connaît pas, pour l'instant, l'origine de cette nouvelle épidémie, une étude publiée le 22 mars par la docteure en géopolitique Lucie Guimier montre que le foyer de la précédente, qui avait sévi entre 2008 et 2012, se situait dans une école privée hors contrat.

La Fraternité Saint-Pie-X et l'anthroposophie pointées du doigt

Dans cette étude intitulée "La résistance aux vaccinations : d’un défi de santé publique à un enjeu de société", parue dans le rapport 2016-2017 de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), Lucie Guimier s’est intéressée à l'épidémie de rougeole de la fin des années 2000. Entre 2008 et 2012 en effet, plus de 22.000 cas ont été recensés en France, dont 15.000 pour la seule année 2011. "Les épidémies se sont diffusées dans des réseaux de populations non vaccinées en raison de leurs convictions religieuses ou philosophiques", explique la chercheuse. Deux courants ont retenu son attention : le mouvement traditionnaliste catholique de la Fraternité Saint-Pie-X et le mouvement spirituel de l’anthroposophie.

Ces deux communautés, qui ont leurs propres réseaux éducatifs, sont en effet farouchement opposées à la vaccination des enfants, et l'épidémie de rougeole de 2008 – 2012 semble être partie des zones dans lesquelles elles sont implantées. Comme le souligne l’étude de Lucie Guimier, une enquête épidémiologique a permis "d’identifier le patient zéro de l’infection. Il s’agit d’une élève d’origine suisse partiellement vaccinée qui, lors d’une visite familiale à Feldkirch (Autriche) en avril 2008, est entrée en contact avec un cousin infecté par la rougeole, lui aussi scolarisé dans un établissement affilié à [la Fraternité Saint-Pie-X]".

Source : Lucie Guimier

Selon la chercheuse, qui a réalisé une cartographie de l’épidémie grâce aux Bulletins épidémiologiques hebdomadaires et les informations des Cellules d'intervention en région (chargées de surveiller l’état de santé de la population hors région parisienne), celle-ci "s’est vraiment propagée à partir des écoles et des camps de vacances de la Fraternité Saint-Pie-X". Pour Lucie Guimier, "la dispersion rapide de la rougeole à l’échelle intrafamiliale dans le réseau d’obédience lefebvriste résulte de toute évidence d’une couverture vaccinale insuffisante des enfants de la communauté, des carences possiblement liées aux aspirations spirituelles de leur famille".

"Si tu te vaccines, tu vas devenir faible"

Lucie Guimier s'est par ailleurs intéressée à l’anthroposophie, dont les adeptes manifestent eux aussi une forte défiance envers la vaccination. Le courant gère plus de 700 écoles Steiner-Waldorf en Europe et s’appuie sur une doctrine médicale assez particulière, selon laquelle la santé des hommes dépend d’un équilibre entre l’émotionnel, le spirituel, le mental et le physique. "En anthroposophie, on veut « laisser faire la nature »", explique Lucie Guimier.

La chercheuse a analysé l’histoire vaccinale récente des Pays-Bas, l'une des terres d'origine de l'anthroposophie. "Au printemps 2008, une épidémie de rougeole se déclare au sein d’une école anthroposophique […] à La Haye (Pays-Bas). Sur les 34 enfants atteints, 31 ne sont pas vaccinés. Peu après, une épidémie est constatée au sein d’une autre école anthroposophique du pays, provoquant 16 cas. Dans les deux établissements, le taux de couverture vaccinale avoisine 65%, quand la moyenne nationale atteint 93%", explique-t-elle.

En France, l'anthroposophie gère une quinzaine d’écoles et compte officiellement 1.250 adhérents, et probablement plusieurs milliers d'adeptes discrets. Lors de son enquête, Lucie Guimier a recueilli le témoignage d’un père de famille ayant décidé de retirer son enfant d’une école se réclamant de la philosophie anthroposophique. "Dans ce milieu, vacciner est perçu comme une faiblesse du corps : si tu te vaccines, tu vas devenir faible ! Alors on suit le même régime alimentaire, le même mode de vie et on a la même spiritualité, comme si c’était une force" raconte ce dernier.

Catholicisme traditionnaliste et anthroposophie partagent donc la même défiance envers la vaccination. "Pour les croyants, la maladie est une punition divine. Pour les non-croyants, c’est un mal nécessaire. Pour ces deux groupes, c’est une affaire de spiritualité poussée à l’extrême", explique Lucie Guimier. De plus, chacun de ces mouvements a une implantation territoriale précise, qui correspond à des zones géographiques où la vaccination contre la rougeole est très faible. Mais leur idéologie anti-vaccinale s’étend hors de leurs frontières, et de nombreux professionnels de santé craignent que les élèves des écoles publiques et privées sous contrat n’en pâtissent.

Pour Lucie Guimier, il est donc nécessaire "que les principales institutions de l’État soient vigilantes à la propagation de théories et pratiques vaccino-sceptiques en leur sein, comme par exemple à l’école publique, lieu de socialisation et de promotion du vivre-ensemble par excellence". Depuis janvier dernier, le vaccin contre la rougeole est obligatoire pour les enfants nés à partir de 2018. Deux injections sont nécessaires : l’une à l’âge de 12 mois, l’autre entre 16 et 18 mois. Une mesure destinée à lutter contre le très faible taux de couverture français, qui plafonne à 91% pour la première dose et 79% pour la seconde.