Obésité : la chirurgie est-elle vraiment efficace ?

6,5 millions de Français sont concernés par l'obésité, soit 15% des adultes, selon les derniers chiffres publiés par l'observatoire de la Santé. Le nombre de patients qui se sont fait rétrécir l'estomac a triplé ces dernières années.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Frédéric Ghidalia a pesé jusqu'à 120 kg ; ancien obèse, il a été opéré de l'estomac dans cet hôpital il y a tout juste un an. Au départ, tout se passait très bien : il perdait du poids, ne faisait plus d'hypertension. Mais il y a eu aussi des effets secondaires désastreux : "J'ai eu quand j'étais à six mois un gros état de fatigue, avec les cheveux qui tombaient", raconte-t-il. À l'hôpital, il a fallu rétablir la situation. "Je n’avais pas été très sérieux dans la prise des vitamines, confesse le patient. On m'a fait ce qu'il fallait, des injections de vitamines quotidiennes, et puis je suis revenu deux fois faire des injections de fer".

42% des anneaux gastriques retirés suite à des complications

La chirurgie bariatrique, chirurgie de l'estomac, nécessite une surveillance permanente, car elle entraîne des carences. Sur ce patient, on a pratiqué une dérivation d'une partie du tube digestif ; cela s'appelle le "bypass". Comme l'explique le professeur Sébastien Czernichow, du service nutrition de l'hôpital Georges Pompidou, Frédéric "doit prendre des vitamines toute sa vie, parce que les carences peuvent arriver à différents moments et y compris sur le très long cours". Autres effets secondaires observés : des fourmis dans les mains, des troubles de la mémoire. Il arrive également qu'on change de goût après cette opération, comme l'explique Cassandre Sabault, diététicienne : "On a remarqué que la viande, surtout la viande rouge, passe de moins en moins, parce qu'elle a un goût beaucoup plus ferreux en bouche, que nous, non opérés, on ne ressent pas forcément". Près de 60 000 opérations ont lieu chaque année, mais depuis 18 ans, 42% des anneaux gastriques ont dû être retirés à cause des complications.

Le JT
Les autres sujets du JT
La chirurgie batriatique nécessite une surveillance permanente
La chirurgie batriatique nécessite une surveillance permanente (FRANCE 2)