Médicaments : de plus en plus de patients sans traitement

De nombreux patients doivent faire face à une pénurie de médicaments depuis parfois plusieurs mois. 

FRANCE 2

Des médicaments introuvables, c'est un mal qui affecte de plus en plus de pharmacies, souvent confrontées à des ruptures de stock. "L'amoxicilline, là en injectable, je ne l'ai pas ; Lamictal, qui est un anti antiépileptique, je ne l'ai pas. Ici, dans ma pharmacie, il y a 140 produits qui sont en rupture totale", atteste Renaud Nadjahi.

30% de risque de rupture en plus en quatre ans

La situation inquiète pharmaciens et patients, d'autant que les risques de pénurie augmentent également en ce qui concerne les traitements vitaux, c'est-à-dire ceux pour lesquels une interruption est dangereuse. En 2013, les laboratoires ont signalé 400 risques de ruptures. En 2017, 30% de plus, soit 530 signalements. En première ligne, les antiinfectieux et les médicaments du système nerveux. Comment expliquer une telle pénurie ? Les grossistes sont montrés du doigt, accusés par les laboratoires de revendre plus cher une partie des stocks à l'Allemagne et l'Italie. Les grossistes, eux, affirment pourtant garder 15 jours de stocks disponibles, mais les labos décident souvent de limiter la quantité fournie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Illustration d\'antibiotiques consommés en France. 
Illustration d'antibiotiques consommés en France.  (MAXPPP)