Il pensait avoir un rhume, c’était une dent qui poussait dans son nez

Un homme de 59 ans a découvert qu’une dent poussait à l’intérieur de son nez. Celle-ci était à l’origine des symptômes qui le gênaient depuis deux ans : un nez bouché, un écoulement nasal et une perte d’odorat.

La dent intranasale après extraction par chirurgie.
La dent intranasale après extraction par chirurgie. (Crédits Photos : ©BMJ Case Report, Moeller et al, 2019)

Il pensait qu’il souffrait d’un rhume chronique mais ses symptômes venaient en réalité… d’une dent qui poussait dans son nez. A l’âge de 59 ans, ce Danois se plaint d’un nez bouché, d’un écoulement purulent chronique et d’une perte d'odorat (ou hyposmie). Les symptômes durent depuis deux et ans et affectent principalement sa narine gauche. Les médecins ORL de l’Hôpital universitaire d’Aarhus au Danemark qui ont suivi ce patient rapportent son histoire dans un article du BMJ Case Report publié le 2 février 2019.

Jusqu'à 1% de la population serait concerné

La cause de ces maux n’a pas été immédiatement identifiée. Le patient a d’abord été traité avec des stéroïdes nasaux en application locale pendant un mois mais aucune amélioration n’a été observée. Lors d'examens plus approfondis, ses médecins remarquent une masse de 13 millimètres sur six, couverte de mucus nasal et située sur la plancher de la cavité nasale, au-dessus du palais.
Après la réalisation d’un scanner, une extraction chirurgicale sous anesthésie générale est programmée. Le diagnostic tombe alors avec certitude : il s’agit d’une dent mal positionnée responsable d’une inflammation de la muqueuse nasale. Mais, bonne nouvelle pour le patient, ses symptômes disparaissent une fois la dent retirée de sa cavité nasale.

Ce phénomène de dent intranasale reste rare puisqu’il ne touche que 0,1 à 1% de la population, selon les médecins ORL qui publient ce rapport. Il peut se produire aussi bien chez les enfants que chez les adultes, indifféremment dans la narine gauche ou dans la narine droite. Fait notable : les hommes et les garçons semblent plus concernés que les femmes et les filles puisqu’ils représentent à eux seuls 60% des cas.

Traumatisme, infections ou trouble du développement ?

Mais quelles sont les causes de cette anomalie ? Dans la plupart des cas, elles restent peu claires, selon les médecins. Un traumatisme, des infections d’origine dentaire ou nasale ou encore des troubles du développement induisant une croissance dentaire inversée peuvent parfois être à l’origine d’une poussée dentaire intranasale. Il peut indifféremment s’agir d’une dent surnuméraire ou d’une dent définitive.
Dans le cas de ce quinquagénaire danois, les médecins n’ont pas réussi à identifier de cause précise. Ils supposent cependant que la présence de cette dent n’est pas récente : "Il est très probable que notre patient ait eu cette dent intranasale pendant la plus grande partie de sa vie, mais que les symptômes ne soient apparus que tardivement " notent-ils dans leur rapport de cas. Quoi qu’il en soit, ils recommandent toujours une extraction chirurgicale de la dent intranasale, et ce même en l’absence de symptômes car ceux-ci peuvent apparaître à n’importe quel moment. "Notre rapport de cas indique qu’une approche chirurgicale est facile et sûre et qu’elle peut éliminer tous les symptômes. Les dents intranasales sont rares mais importantes à identifier car la congestion nasale, les écoulements chroniques et la baisse d’odorat peuvent nuire à la qualité de vie" concluent-ils enfin.