Ehpad : recruter du personnel est de plus en plus difficile

La dépendance des personnes âgées est un dossier brûlant. Les 5 200 postes prévus dans le budget 2020 de la Sécurité sociale sont jugés dérisoires par rapport aux besoins, selon les aides à domicile et autres aides-soignants.

FRANCE 2

Dans une maison de retraite de Castres, dans le Tarn, c'est la dixième et la dernière toilette de la matinée pour Sophie Colombier. L'aide-soignante a trente minutes pour lever, toiletter et habiller Adèle, une patiente de 91 ans. Un moment d'intimité chronométré qui ne suffit pas toujours pour comprendre les patients. "Ils n’ont pas envie de se lever, de se laver tout simplement. Donc, nous devons être à leur écoute. Je pense que mon travail est un joli métier, mais il n'est pas assez reconnu, par la dureté, les horaires ou par le salaire", pense-t-elle. Elle touche 1 400 euros net.

Le casse-tête des plannings

Pour la directrice de l'établissement, établir les plannings vire au casse-tête. Sur son écran, de nombreuses cases roses : elles symbolisent les absences qu'il faut combler. "On a été obligé de prendre des intérimaires, car on ne trouve pas de personnes pour venir les remplacer", indique Marie-France Peyre, la directrice. "C'est une charge en temps, mais aussi financière. Les intérimaires coûtent très cher". Cette année, elle n'a réussi à attirer qu'une seule infirmière, qui sortait d'école.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une résidente d\'un Ephad de Besayes (Drôme), le 21 mai 2019.
Une résidente d'un Ephad de Besayes (Drôme), le 21 mai 2019. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)