Ehpad : les personnels font part de leur ras-le-bol

Un an après une grève inédite dans les maisons de retraite, les Ehpad, et l'annonce par le gouvernement d'un plan prévoyant la création de 20 000 postes supplémentaires, où en est-on ? Selon les syndicats, la situation ne s'est pas beaucoup améliorée.

FRANCE 3

300 blouses blanches pour autant de personnels des Ehpad ou des services à domicile. Aux abords de l'Élysée, ils dénoncent leurs conditions de travail. "Les personnels ne sont pas remplacés pendant les congés. Quand quelqu'un tombe malade, on rappelle les gens sur leurs RTT...", déplore une assistante médicale. Une pétition de 30 000 signatures appelle à des mesures urgentes, et d'abord à une augmentation des soignants en Ehpad, au moins 6 pour 10 lits. Cette présence humaine passerait aussi par le retour des emplois aidés.

"Ce n'est pas supportable"

Puisqu'en Ehpad ou à domicile, le métier n'est pas attractif, la profession demande des augmentations de salaire, notamment pour les temps partiels subis. "Tout le système en France de l'aide aux personnes âgées ne tient que parce qu'à domicile, il y a des femmes qui sont payées moins que le smic. Ce n'est pas supportable. Il faut une augmentation des salaires dans tout le secteur", martèle Pascal Champvert, le président de l'Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA). Le grand débat sur la dépendance lancé l'an dernier a rassemblé 400 000 contributions. Ses conclusions seront présentées au gouvernement début mars. C'est tout le secteur de l'aide aux personnes âgées qui attend des réponses concrètes, et surtout urgentes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Manifestation des personnels des Ehpad, le 30 janvier 2018, à Quimper (Finistère).
Manifestation des personnels des Ehpad, le 30 janvier 2018, à Quimper (Finistère). (FRED TANNEAU / AFP)