Cet article date de plus de cinq ans.

Santé : un site proposant un deuxième avis à 300 euros agace l'ordre des médecins

La consultation en ligne, à 295 euros, n'est pas remboursée par l'assurance maladie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les "experts" du site promettent une réponse sous quatre à sept jours, après étude d'un dossier numérisé. (RAFE SWAN / CULTURA CREATIVE / AFP)

Un deuxième avis médical bien cher payé. Un nouveau site internet propose depuis le 1er décembre d'obtenir l'avis d'un "expert" après un premier diagnostic, pour la somme de 295 euros, rapporte Le Parisien, vendredi 18 décembre. Cette consultation à partir d'un dossier en ligne n'est pas remboursée par l'Assurance maladie

Le site, qui propose de donner un second avis sur 180 pathologies différentes dans un délai de 4 à 7 jours, bénéficie du soutien de praticiens reconnus. Il est pourtant vivement critiqué par le Conseil national de l'ordre des médecins, qui compte enquêter sur ces consultations en ligne.

"Deux portes d'accès aux soins"

"J'ai cru comprendre que l'initiative pourrait être soutenue par des complémentaires santé qui prendraient en charge la consultation, estime Jacques Lucas, vice-président de l'ordre des médecins, interrogé par Le Parisien. Il y aurait alors deux portes d'accès aux soins, celle qui passe par ces complémentaires et celle des autres patients, ce qui créerait une inégalité."

"A l'heure où l'on parle d'égalité d'accès aux soins pour tous, proposer sur Internet un pseudo-deuxième avis pour près de 300 € est scandaleux", abonde Jean-Paul Ortiz, président du principal syndicat de médecins (CSMF).

Les trois entrepreneuses à l'origine de l'initiative se défendent de proposer une consultation "déshumanisée". "[L'objectif est d'aider] les malades à trouver rapidement un second avis d'expert, justifie l'une des fondatrices, Pauline d'Orgeval. [Cela] devient difficile, spécialement en milieu rural, à l'étranger ou si on a des difficultés de mobilité."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.