Santé : l'hospitalisation à domicile peine à décoller en France

La Cour des comptes constate que cette alternative à l'hôpital est encore trop peu utilisée. Pourtant, elle ne manque pas d'atouts.

FRANCE 3

La Cour des comptes dresse un constat négatif : l'hospitalisation à domicile toujours à la traîne en France. Jacques, diabétique, a opté pour ce moyen pour soigner une vilaine plaie au pied. Il n'a que deux pansements à changer par semaine. "A la maison, il est mieux quand même", estime son épouse.

Une infirmière passe toutes les 72 heures. Grosso modo, c'est l'hôpital qui se déplace à domicile. Pansements, soins palliatifs, chimiothérapie... L'hospitalisation à domicile traite de nombreuses pathologies.

Un système à rendre "performant et attractif"

Aujourd'hui, ce moyen - qui ne représente que 0,6% des hospitalisations - souffre de freins administratifs. "Il y a des tas de choses que nous pourrions prendre en charge en hôpital à domicile mais qui ne rentrent pas dans les cases de la tarification de la Sécurité sociale. Il faut refondre le système de façon à le rendre performant et attractif", déclare à France 3 un médecin coordinateur de l'hospitalisation à domicile de Nantes.

Par ailleurs, l'hospitalisation à domicile coûte trois à quatre fois moins cher qu'un séjour à l'hôpital. Les autorités voudraient doubler leur nombre d'ici 2018.

Le JT
Les autres sujets du JT