Santé : gare à la pollution sonore

En cette journée dédiée à la détection des problèmes auditifs, une équipe de France 2 s'est intéressée à la pollution sonore.

FRANCE 2

En ce jeudi 10 mars, journée placée sous le signe de la détection des problèmes auditifs, France 2 se penche sur la pollution sonore. Cette dernière est omniprésente dans notre quotidien : sirènes, klaxons, circulation... D'après une étude Ifop, un Français sur deux subit des agressions sonores au quotidien.

S'imposer des pauses silencieuses

Le bruit peut devenir dangereux. À force d'y être confronté, une fatigue auditive peut apparaître. Le seuil acceptable par nos oreilles est de 80 décibels. Des travaux en pleine rue : 106 décibels. Un déjeuner dans une brasserie : 85 décibels. Dans un square proche du périphérique, entre les bruits des klaxons et la circulation, nos oreilles subissent 90 décibels. En moyenne, la journaliste de France 2 qui s'est prêtée à l'expérience a été confrontée à 90 décibels toute la journée, soit 10 décibels au-dessus du seuil de tolérance. Pour protéger nos oreilles du bruit ambiant, il faut régulièrement s'imposer des temps de pause silencieuse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un policier municipal contrôle le volume sonore d\'une moto, le 6 janvier 2010 à Nice, lors d\'une opération antibruit des deux-roues. 
Un policier municipal contrôle le volume sonore d'une moto, le 6 janvier 2010 à Nice, lors d'une opération antibruit des deux-roues.  (VALERY HACHE / AFP)