Crise sanitaire et économique : de plus en plus de Français consultent un psy, mais peu le reconnaissent

Confinement, télétravail, difficultés financières, isolement… La crise sanitaire a poussé les Français à consulter des psychiatres et psychologues. Une démarche qui reste encore taboue.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Avec le Covid, les syndromes dépressifs augmentent. Mais la consultation chez les psychiatres restent confidentielle (illustration). (LUC NOBOUT / MAXPPP)

Selon un sondage de Yougov (réalisé pour Qare du 11 au 13 décembre par internet auprès de 1 001 personnes), un Français sur dix a consulté un psy depuis le premier confinement en mars dernier et 17% d'entre eux ont l'intention de le faire. Mais malgré tout, le sujet reste tabou.  

20% des Français qui consultent un psy n'en ont parlé à personne, et ce taux avoisine les 40% chez les jeunes, qui sont pourtant de plus en plus nombreux à prendre rendez-vous. La moitié des personnes concernées ont peur d'être mal jugées, un quart n'assume pas la situation, c'est ce qu'a constaté la psychiatre Fanny Jacq aux cours de ses téléconsultations. "C'est très vite assimilé à de la fragilité ou à une forme de faiblesse et les Français n'aiment pas trop être faibles", explique Fanny Jacq.  

"Peut-être aussi que la psychanalyse des années 1960, qui était très très en vogue en France, a donné une image un peu faussée de la psychiatrie moderne et que les gens ont l'impression qu'ils sont partis pour 20 ans de suivi deux fois par semaine sur un divan."

Fanny Jacq, psychiatre

à franceinfo

"Ce cliché persiste", assure la psychiatre ce qui explique, selon elle, que "les gens n'osent pas en parler". Pour en finir avec les clichés, Fanny Jacq a lancé un hashtag sur les réseaux sociaux : #"jassumelapsy". Il a déjà été partagé 300 000 fois.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Psycho - Bien-être

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.