Cet article date de plus de cinq ans.

Burn-out : la France en retard

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Burn-out : la France en retard
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

L'académie de médecine estime que le pays est en retard dans la prise en charge de cette souffrance au travail.

Ceux qui ont traversé l'épreuve du burn-out sont souvent amenés à changer de vie pour se reconstruire. C'est le cas de Aude Selly, ancienne responsable des ressources humaines pour un grand équipementier sportif. Son travail c'était sa passion, mais un matin d'été tout a basculé. Elle témoigne au micro de France 3. "Je prends le train pour aller au travail. Je commence à avoir des angoisses, des sueurs froides, je commence à pleurer de manière incontrôlée, impossible de mettre un pied devant l'autre", détaille-t-elle. Après c'est le trou noir, elle se rappelle juste être arrivée dans un cabinet de médecins. C'est là qu'elle a entendu le mot burn-out pour la première fois.

Un phénomène qui prend de l'ampleur

Aude travaillait plus de 50 heures par semaine. Mais après cela, la jeune femme jusque-là ambitieuse ne peut plus retourner au travail. Elle va même tenter de se suicider. Pour s'en sortir, elle va suivre une thérapie, écrire un livre et va mener le combat contre son entreprise qui finira par lui verser des indemnités.

Le phénomène du burn-out prend de l'ampleur. Avec les nouvelles technologies, une étude montre que les salariés sont trop souvent sollicités. La France est en retard dans la prise en charge de la souffrance au travail. Les chefs d'entreprise seraient mal formés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.