VIDEO. IVG en Argentine : violence dans la rue après la majorité de non au Sénat

Non à la nouvelle législation pour l’avortement. C’est la décision du Sénat en Argentine. Désormais, il faudra sans doute attendre 2020 pour qu’une nouvelle loi puisse être votée.

Voir la vidéo
BRUT

16 heures de débat

Nuit tendue à Buenos Aires. C’est finalement le non qui l'a emporté ce jeudi 9 août. Après plus de 16 heures de débat, le Sénat argentin a rejeté la proposition de loi qui voulait rendre l'avortement légal dans le pays. Dans les rues de la capitale argentine, les pro-choix et les anti-IVG étaient rassemblés chacun de leur côté, dans l’attente des résultats. 38 sénateurs ont rejeté le projet de loi visant à autoriser l’avortement, 31 ont voté en faveur et 2 se sont abstenus. Le projet de loi avait été approuvé par l’Assemblée nationale en juin.

La rue divisée

À la suite de ces résultats, les militants pour l'avortement, dépités, ont été dispersés avec du gaz lacrymogène pendant que d'autres brûlaient des palettes. De l'autre côté, pour les militants du "Oui à la vie", c’est ambiance de fête avec chants de joie et feux d’artifice.

Désormais, il faudra sans doute attendre 2020 pour qu’une nouvelle loi sur l’avortement puisse être examinée par le Parlement argentin. L'Argentine en reste donc à sa loi de 1921 qui n'autorise l'avortement qu'en cas de viol ou de danger pour la santé de la mère. Chaque année, en Argentine, 500 000 femmes avorteraient illégalement et une cinquantaine en mourrait.

VIDEO. IVG en Argentine : violence dans la rue après la majorité de non au Sénat
VIDEO. IVG en Argentine : violence dans la rue après la majorité de non au Sénat (BRUT)