Fermeture de maternités : "Mon engagement aujourd'hui, c'est qu'aucune femme ne soit inquiète", déclare Agnès Buzyn

La ministre de la Santé annonce, mercredi sur France Bleu Berry, un certain nombre de mesures pour les femmes enceintes vivant à "30 ou 45 minutes des maternités".

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, était l\'invitée de franceinfo le vendredi 8 mars 2019
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, était l'invitée de franceinfo le vendredi 8 mars 2019 (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Alors que le nombre de maternité se réduit au fil des ans, la ministre de la Santé a confirmé, jeudi 28 mars sur France Bleu Berryqu'elle allait prendre "un certain nombre de mesures d’accompagnement pour les femmes enceintes qui habitent à plus de 30 ou 45 minutes d'une maternité". Agnès Buzyn souhaite "mettre en œuvre des transports facilités, pris en charge à 100%, des sages-femmes disponibles 24 heures sur 24, ainsi que des formations des urgentistes à des accouchements en urgence""Mon engagement aujourd'hui, c'est qu'aucune femme ne soit inquiète."

Les "hôtels hospitaliers, c’est-à-dire la capacité à garder une femme un à deux jours en attendant un accouchement programmé", vont aussi être développés, annonce Agnès Buzyn. Ces mesures devraient être mises en place "dans les semaines qui viennent", assure-t-elle.

Il y a énormément de femmes qui habitent à distance d'une maternité, partout en France. On ne construit pas une maternité à moins de 30 minutes de toutes les femmes françaises enceintes. Cette réalité a toujours existé. Le problème, c'est l'inquiétude de voir une maternité fermer, et je dois répondre à cette inquiétude.Agnès Buzynà franceinfo

Agnès Buzyn recevra jeudi à Paris les défenseurs de la maternité et de l'hôpital du Blanc (Indre) qui s'inquiètent pour l'avenir du site. La ministre de la Santé va "les rassurer sur l’avenir de l’hôpital". Elle assure être "en train de prendre des mesures pour répondre à l’inquiétude des femmes qui habitent autour de cette maternité, qui a fermé en juin 2018 faute de personnel".