Réforme de la santé : à quoi va ressembler le nouveau métier d'assistant médical

La réforme de la santé présentée mardi par Emmanuel Macron prévoit la création d'une nouvelle profession : assistant médical. Il s'agit de soulager les hôpitaux et de permettre aux médecins de ville de recevoir davantage de patients dans la journée.  

Les assistants médicaux auront pour objectif de faire gagner du temps aux médecins dans les tâches de base. (illustration)
Les assistants médicaux auront pour objectif de faire gagner du temps aux médecins dans les tâches de base. (illustration) (LIONEL VADAM / MAXPPP)

Emmanuel Macron présente mardi 18 septembre sa réforme de la santé. Parmi les annonces déjà connues : la fin du numerus clausus ou encore le déblocage de 400 millions d’euros pour soulager les hôpitaux et lutter contre les déserts médicaux. Le gouvernement prévoit aussi la création d'un nouveau métier, l'assistant médical.

Il existait déjà des assistants chez le dentiste. Leur rôle sera basé sur le même principe. L'assistant médical sera chargé d'épauler le médecin généraliste ou le spécialiste dans son cabinet.

Faire gagner jusqu'à 25% de temps au médecin

"L'idée est de débarrasser le médecin de la paperasse, mais surtout de l'aider dans son activité quotidienne" explique Jean-Paul Ortiz, président du premier syndicat de médecins, la CSMF. "Peser ou mesurer un patient, l'installer pour que le médecin puisse l'examiner... ça lui ferait gagner du temps." Jusqu'à 25% de temps en plus, estime-t-il.

Qui seront ces assistants ? Des aides-soignants, des infirmiers et des secrétaires médicaux qui auront bénéficié d'une courte formation supplémentaire. Les syndicats de médecins réclamaient 20 000 embauches et un financement par la Sécurité sociale du salaire et des charges.

L'État en financera finalement seulement 4 000 à l'horizon 2022, soit tout de même 200 millions d'euros par an. Mais le gouvernement exige en retour une chose : finis les médecins isolés. Seuls ceux qui se regroupent et qui travaillent à plusieurs dans un même cabinet auront droit aux financements.