Chirurgie ambulatoire : de grands progrès en dix ans

De plus en plus d'opérations sont menées en chirurgie ambulatoire. Un dispositif qui permet au patient de rentrer chez lui plus vite et à la Sécurité sociale de faire des économies. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

En France, la chirurgie ambulatoire est de plus en plus courante. "Cela concernait 32% des opérations en 2007, 55,9% en 2017, et l'objectif du ministère de la Santé est d'atteindre 70% en 2022", précise le journaliste Simon Ricottier sur le plateau du 13 Heures de France 2. La France a du retard par rapport à d'autres pays en Europe. "En Suède et au Danemark, 90% des opérations se font en ambulatoire", poursuit-il. De plus en plus d'opérations peuvent se réaliser avec une seule journée d'hospitalisation, comme la cataracte, une hernie abdominale ou encore certains cancers.

Des infections évitées

"Le domaine dans lequel la chirurgie ambulatoire progresse le plus rapidement est l'orthopédie. Entre 2016 et 2017, en un an seulement, on est passé de 35 à 43% d'ambulatoire pour l'opération des ligaments du genou et de 50 à 58% pour l'hallux valgus, une déformation de l'os du pied". Grâce à la chirurgie ambulatoire, les patients rentrent chez eux et peuvent reprendre le travail plus rapidement, les douleurs postopératoires sont moins grandes et certaines infections comme les phlébites sont évitées. De plus, "cela représente de grosses économies pour la Sécurité sociale. Au CHU de Nice (Alpes-Maritimes), un patient peut sortir sept heures après la pose d'une prothèse de genou. Une nuit à l'hôpital aurait coûté 1 500 € à la Sécu", contre 250 € pour un établissement de rééducation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un bloc opératoire de l\'hôpital Georges-Pompidou à Paris (illustration)
Un bloc opératoire de l'hôpital Georges-Pompidou à Paris (illustration) (MARTIN BUREAU / AFP)