Consultations médicales gratuites proposées à 25, 45 et 65 ans : des "âges clés" selon le ministre de la Santé

L'objectif est de rattraper le retard français en matière de prévention, explique François Braun.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
François Braun, ministre de la Santé, sur franceinfo, le mardi 1er juin 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

L'assurance maladie va inviter chaque Français à des consultations médicales gratuites à "trois âges de la vie : 25 ans, 45 ans et 65 ans". Des "âges indicatifs" qui sont "des âges clés dans les actes de prévention" et "dans la vie d'un adulte", indique François Braun, le ministre de la Santé, invité lundi 19 septembre sur France Inter.

"25 ans, c'est l'âge où on est dans la vie active, c'est un moment où il est conseillé de faire le point sur la vaccination, sur les facteurs de risque, sur les addictions au tabac, à l'alcool, aux écrans", précise François Braun. Le ministre de la Santé garantit, par ailleurs, qu'à 24 ou 26 ans, "vous pourrez aussi faire" ce bilan.

Renforcer le volet prévention du système de santé français 

"À 45 ans, on va être sur des maladies cardio-vasculaires, sur le dépistage de certains cancers, du sein, du col de l'utérus, du côlon", poursuit-il. Enfin, à "65 ans, on va avoir un axe plus important sur la perte d'autonomie, sur le fait de dépister la perte d'autonomie", résume François Braun.

"C'est à ces moments-là qu'il faut agir le plus possible sur la prévention", ajoute le ministre de la Santé, qui rappelle que l'objectif de cette mesure est de "renforcer le volet prévention du système de santé français" qui "est encore loin du compte" par rapport à d'autres voisins européens. "Notre pays n'est pas bon en matière de prévention, on le dit depuis des années, mais là, nous avons décidé d'agir", promet François Braun.

Il reconnaît que la prévention "c’est quelque chose de compliqué parce que ça ne paie pas tout de suite", mais dans "10 ans, 15 ans". "Une temporalité qui n'est pas une temporalité politique habituelle". Pour autant, François Braun estime qu'il est "essentiel" de "marquer le pas dès maintenant".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prévention

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.