Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo "J’ai accouché dans une ambulance à cause d’une maternité qui a fermé" : une jeune maman témoigne dans "Envoyé spécial"

Publié Mis à jour
Article rédigé par
France Télévisions

En quarante ans, deux tiers des maternités ont fermé en France. Les petits établissements sont les premiers touchés. Quels sont les risques pour les mamans et leurs bébés quand elles doivent faire plus d’une heure de route pour accoucher ? "Envoyé spécial" a refait avec l'une d'elles un trajet qui aurait pu tourner au drame.

La petite Candice a failli ne jamais voir le jour. Sa naissance était prévue à Lons-le-Saunier, dans le Jura, à plus d'une heure de route du domicile de ses parents. Virginie, la maman, a les premières contractions alors que la maternité les a renvoyés chez eux. La sage-femme qui la suit s'apprête à l'accoucher chez elle, mais le SMUR (Service mobile d'urgence et de réanimation) a déjà été appelé, et il est décidé que tout le monde va prendre la route.

"Pas de monitoring, donc on ne sait pas si le bébé va bien"

Les journalistes d'"Envoyé spécial" ont refait le trajet avec les personnes présentes cette nuit-là : les deux ambulanciers à l'avant, Virginie et Céline, la sage-femme, à l'arrière. Nolan, le papa, suit le véhicule dans sa propre voiture. Malgré l'urgence, les ambulanciers ne peuvent pas faire de miracles dans les virages. Dans les secousses, la future maman doit gérer ses angoisses et ses douleurs. "Si j'avais accouché dans un hôpital, j'aurais craqué pour une péridurale, avoue-t-elle. Là, je n'avais pas le choix".

Ce qui lui a fait le plus peur, confie-t-elle, "c'est de ne pas savoir comment réagissait le bébé pendant les contractions. On ne peut pas savoir si son cœur va bien... il n'y a pas le monitoring, donc on ne sait pas". Tout seul derrière, son mari n'a aucune idée de ce qui se passe dans l'ambulance. Il s'inquiète. "C'était long, c'était dur", dit-il aujourd'hui.

Que serait-il arrivé en l'absence d'une sage-femme ?

A mi-parcours, il faut s'arrêter en urgence. L'accouchement est imminent. Céline voit tout de suite qu'il y a un problème : le bébé a le cordon ombilical enroulé autour du cou, il faut poser des clamps pour pouvoir le couper. Que serait-il arrivé en l'absence d'une sage-femme ? Virginie et Nolan ne sont pas passés loin d'un drame. "On a eu beaucoup de chance", dit Nolan. "J'ai accouché dans une ambulance à cause d'une maternité qui a fermé. Oui, on peut dire ça comme ça, affirme Virginie. En tout cas, si la maternité de Saint-Claude avait été ouverte, je n'aurais pas accouché dans une ambulance."

Une naissance sur le bord de la route

L'été dernier, les autorités sanitaires ont ordonné la fermeture la maternité de Saint-Claude, leur petite ville de 10 000 habitants, parce qu'elle manquait de médecins permanents. Candice est finalement née au bord de la route départementale 436, à Molinges comme le stipule son acte de naissance – le premier dans cette localité depuis... soixante-sept ans.

Extrait de "Ma maternité va fermer", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 14 février 2019.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique de santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.