Médecine : les étudiants recalés dirigés vers les déserts médicaux ?

Pour contrer la désertification médicale, le ministère des Finances propose d’ouvrir des places supplémentaires aux étudiants qui échouent de justesse au concours de la PACES à condition qu’ils s’installent en zone sous-dense.

Médecine : les étudiants recalés dirigés vers les déserts médicaux ?
Médecine : les étudiants recalés dirigés vers les déserts médicaux ?

Comment lutter contre les déserts médicaux ? C’est à cette question qu’a tenté de répondre la direction du Trésor au ministère de l’Economie et des Finances dans un rapport publié le 11 octobre 2019.

Parmi leurs propositions, celle de "repêcher" des étudiants recalés de justesse à l’examen de la Première année commune aux études de santé (PACES) à condition qu’ils exercent en zone de désert médical.

A lire aussi : Quelles solutions contre les déserts médicaux ?

10 ans dans une zone sous-dense

Plus précisément, le rapport préconise qu’une "certaine proportion des meilleurs des étudiants en médecine réorientés vers d’autres études au cours du premier cycle – dans le cadre de la nouvelle sélection qui sera proposée lors des premières années de médecine – pourraient ainsi se voir donner une chance de poursuivre leur formation médicale". A une condition cependant : "sous réserve, à la fin de leurs études, de s’engager à exercer pour une durée déterminée (par exemple 10 ans) dans une zone sous-dense."

"Je trouve ça un peu choquant"

Concrètement, "ces étudiants choisiraient leur poste sur la même liste que les autres étudiants" précisent les auteurs du rapport, mais avec "une contrainte sur leur lieu de formation".

Un dispositif donnant-donnant, qui s’apparenterait, selon la direction du Trésor à un "contrat d’engagement de service public (CESP) mais sans accord financier" .

Les étudiants semblent pour le moment partagés sur cette possibilité : "J’ai la vocation de devenir médecin donc si c’est le seul moyen je pense que je l’accepterais " confie un étudiant en médecine interrogé par France 2. "Je trouve ça un peu choquant, moi je dirais non" rétorque une autre étudiante.

Une compétence "assurée par la très forte sélection"

Mais pas question de considérer que ces "médecins repêchés" dirigés vers les déserts médicaux soient moins bons que les autres médecins. Les auteurs du rapport rassurent en effet : "la compétence de ces élèves serait assurée par la très forte sélection qui existerait même pour ces places" puisque selon eux, "en 2018, 60.000 élèves étaient inscrits en PACES pour 13.500 places, dont 8.200 en médecine" et l’obtention du concours se joue généralement à quelques centièmes de points près.

En parallèle, pour lutter efficacement contre la désertification médicale, les auteurs de l’étude proposent également de "[sensibiliser] les étudiants en médecine à la médecine générale en zone sous-dense" ou encore de "[flécher] des places à l'internat vers des installations dans ces zones".