Paris : les internes en médecine ont manifesté pour dénoncer leurs conditions de travail

Une centaine de personnes s'est rassemblée samedi dans les rues de la capitale pour réclamer le respect de la limitation du travail des internes en médecine à 48 heures par semaine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des internes en médecine manifestent contre le Ségur de la santé, le 9 juillet 2020, à Paris. (MAXPPP)

Ils sont descendus dans la rue pour alerter sur leur épuisement professionnel. Une centaine de personnes, vêtues de blouses blanches, ont manifesté samedi 19 juin à Paris pour réclamer la limitation du travail des internes en médecine à 48 heures par semaine. Les manifestants se sont élancés vers 14 heures de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière vers le ministère de la Santé, à l'appel de l'Intersyndicale nationale des internes (Isni). 

Ils sont "sur-sollicités"

"On fait 48 heures de grève car c'est la limite hebdomadaire de travail dans la loi. Après cette limite, ça devient dangereux pour les soignants, pouvant entraîner des burn-out, des dépressions", a expliqué Gaétan Casanova, président de l'Isni, auprès de l'AFP. "On est aussi dangereux pour les patients. On tient à peine debout, impossible de faire des gestes techniques", a-t-il ajouté.

"Les internes sont sur-sollicités parce qu'on manque de médecins", a par ailleurs déclaré la neurologue Sophie Crozier, membre du collectif Inter-Hôpitaux, sur franceinfo. "Ils finissent par faire le travail et c'est sur eux que tiennent les services. C'est tout à fait inadmissible alors qu'ils sont là pour être formés."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique de santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.