Plus de la moitié des bovins, ovins et caprins seraient abattus selon un mode rituel

Selon un rapport de 2011 du ministère de l'Agriculture révélé par "Le Point", plus de 50% des bovins, ovins et caprins sont tués, en France, selon un abattage halal (musulman) ou casher (juif).

A l\'abattoir de Corbas, près de Lyon (Rhône), le 27 novembre 2009.
A l'abattoir de Corbas, près de Lyon (Rhône), le 27 novembre 2009. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

La polémique sur la viande halal et casher pourrait bien rebondir. Selon un rapport de 54 pages rédigé par une dizaine d'experts et hauts fonctionnaires du ministère de l'Agriculture, plus de la moitié des bovins, ovins et caprins sont tués selon un abattage rituel, halal ou casher, c'est-à-dire qu'ils sont encore conscients lorsqu'ils sont saignés. C'est ce qu'affirme Le Point.fr, mercredi 7 mars, en révélant ce rapport. Le document aurait été remis aux autorités en novembre 2011 et enterré depuis.

"Alors que la demande en viande halal ou casher devrait correspondre à environ 10% des abattages totaux, on estime que le volume d'abattage rituel atteint 40% des abattages totaux pour les bovins et près de 60% pour l'abattage généralisé [classique]", écrivent les auteurs du rapport. Un constat qui témoigne, selon eux, d'une "dérive".

Il y a deux semaines, l'émission "Envoyé spécial" indiquait qu'un autre rapport gouvernemental, datant de 2008, stipulait que "32% des bêtes abattues en France le sont selon un rite confessionnel" (juif ou musulman).

Selon Le Point.fr, "chaque année, on tue dans notre pays 1 milliard de poulets et de lapins, 25 millions de porcs, plus de 6 millions de bovins, ou encore 4 millions de moutons".

La souffrance des animaux en question

Agnès Monteux, journaliste à France 2, revient sur ce rapport. Elle a notamment rencontré Frédéric Freund, directeur de l'œuvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs qui souligne la douleur ressentie par les animaux lorsqu'ils sont abattus d'après un mode "rituel".

Agnès Monteux - France 2

Les auteurs du rapport émettent "l'hypothèse probable d'une souffrance animale plus importante que l'abattage conventionnel". Le texte indique le temps de souffrance selon les espèces lorsqu'ils sont abattus sans étourdissement.

• chez les bovins adultes, de 20 secondes à 6 minutes (2 minutes en moyenne)

• chez les veaux, de 35 secondes à 11 minutes

• chez le ovins, de 17 secondes à 5 minutes

Ce temps de souffrance n'existe pas lors d'un abattage classique puisque les animaux sont inconscients. Pour plus détails, voici des extraits du rapport révélé par Le Point.fr.