Nuisances sonores : comment le bruit impacte les Français depuis les années 50

Jeudi, ce sera la journée nationale de l'audition. Aujourd'hui, neuf Français sur dix disent subir chaque jour des nuisances sonores. France 2 revient sur l'histoire des bruits pour voir si les choses se sont aggravées. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Le bruit, le vacarme, le chahut, depuis des décennies, ces décibels nous cassent les oreilles. Dans les années 50, c'est une décision qui va changer le ton : le klaxon est officiellement interdit à Paris. L'alerte est lancée. De très sérieuses études scientifiques sont menées et démontrent que trop de boucan peut nuire gravement à la santé. "Une intense activité sonore et prolongée fatigue", explique alors un médecin. 

Première loi contre le bruit en 1992

Bruit des villes, mais aussi bruit des champs : à partir des années 70, les conflits vont se régler en justice. Une des premières affaires médiatisées, c'est une querelle de clocher où un coq qui chantait trop se retrouve devant les tribunaux. Autour d'Orly (Val-de-Marne), ce sont les oiseaux de métal et d'acier qui suscitent les plaintes à répétition des habitants. Les écoliers comptent les avions. Plus les années passent, plus le bruit devient envahissant. Dans les grandes barres d'immeubles construites sans grande isolation entraînent des bruits de voisinage problématiques. En réponse, le gouvernement comptait sur la prévention. En 1992, la première grande loi contre le bruit est votée et les boîtes de nuit doivent limiter les décibels. Aujourd'hui les nouvelles isolations misent sur le retour du silence. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le bruit au travail concerne aussi les salariés au bureau.
Le bruit au travail concerne aussi les salariés au bureau. (SIMON GUILLEMIN / HANS LUCAS)