La franchise sur les médicaments va "probablement" doubler mais restera plafonnée à 50 euros au total sur un an, annonce le ministre de la Santé

"Il faut instaurer un nouveau rapport au médicament", qui "n'est pas un bien de consommation comme les autres", a estimé Aurélien Rousseau.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le ministre de la Santé, Aurélien Rousseau, à Paris, le 30 août 2023. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Les médicaments vont bientôt coûter plus cher aux Français. La franchise sur les boîtes de médicaments payée par les assurés sociaux va "probablement" doubler, mais restera plafonnée à 50 euros au total sur un an, a annoncé le ministre de la Santé, Aurélien Rousseau, sur Sud Radio. "Il faut instaurer un nouveau rapport au médicament", qui "n'est pas un bien de consommation comme les autres", a-t-il estimé.

Créée en 2008 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la franchise sur les boîtes de médicaments est depuis restée inchangée : elle s'élève à 50 centimes par boîte. En revanche, son montant est plafonné à 50 euros par an et par assuré. Au-delà, tout est remboursé.

Même hausse probable pour la franchise chez le médecin

Cette franchise est relativement peu perceptible par l'assuré social bénéficiant du tiers payant, puisqu'il ne paye rien immédiatement. La franchise est retenue par la suite par la Sécurité sociale sur des remboursements ultérieurs.

"On ne touche pas au plafond de 50 euros par an" pour éviter de pénaliser, par exemple, les personnes en affection de longue durée, a expliqué Aurélien Rousseau sur Sud Radio.

La franchise sur les visites chez le médecin, actuellement d'un euro, va également "sans doute passer à deux euros", a ajouté le ministre, qui participe actuellement à la préparation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2024, dont la présentation est attendue pour fin septembre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Médicament

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.