Homéopathie : les laboratoires lancent une campagne de lobbying

En mai 2019, la Haute autorité de santé avait préconisé de mettre fin au remboursement de l'homéopahie. Pour elle, les petites granules n'ont pas démontré une efficacité suffisante. Depuis, le gouvernement hésite à suivre sa recommandation. Les lobbyistes, eux, s'activent.

FRANCE 2

L'homéopathie bientôt déremboursée ? Après la recommandation de la Haute autorité de santé en mai 2019, la réponse semblait évidente. Aucune preuve d'efficacité, donc pas de raison de faire payer l'Assurance maladie. Depuis des mois, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, répète qu'elle suivra les experts. Mais une petite phrase sème le doute. "Une balance doit être réalisée entre l'apport scientifique, ce que l'on sait scientifiquement de l'apport de l'homéopathie, des questions évidemment économiques puisque derrière il y a des emplois forcément, mais aussi le bien-être de la population française", a affirmé la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, le 2 juillet.

Des arguments défendus par les pro-homéopathie.

La popularité et l'emploi sont des arguments défendus par les pro-homéopathie. Plus d'un millier de postes sont menacés par la recommandation de la Haute autorité de santé, selon les laboratoires. Le premier d'entre eux, Boiron, a mobilisé des fonds pour financer une campagne de lobbying.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des granules homéopathiques du laboratoire Boiron, le 22 mai 2019 à Paris.
Des granules homéopathiques du laboratoire Boiron, le 22 mai 2019 à Paris. (AMAURY BLIN / HANS LUCAS / AFP)