Déremboursement de l'homéopathie : "On peut faire reculer le gouvernement"

Le député Paul Molac explique à franceinfo pourquoi il s'oppose au gouvernement, qui prévoit de dérembourser l'homéopathie. "L'homéopathie représente seulement 0,3% des remboursements de santé, donc ce n'est pas vraiment ça qui ampute le budget", rappelle notamment l'élu.

Le député du Morbihan Paul Molac, à l\'Assemblée nationale, le 23 janvier 2019.
Le député du Morbihan Paul Molac, à l'Assemblée nationale, le 23 janvier 2019. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

"On peut faire reculer le gouvernement", a affirmé lundi 22 juillet sur franceinfo Paul Molac, député Libertés et territoires et chef de file des 45 signataires d'une tribune contre le déremboursement de l'homéopathie parue dans le Journal du Dimanche, alors que d'ici 2021, l'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécurité sociale. "On pourrait trouver d'autres sources d'économies", a estimé l'élu.

franceinfo : Espérez-vous faire reculer le gouvernement ?

Paul MolacBien sûr. On rappellera que l'homéopathie, c'est seulement 0,3% des remboursements de santé, donc ce n'est pas vraiment ça qui ampute le budget, d'une part. D'autre part, il y a un médecin généraliste sur cinq qui prescrit de l'homéopathie. Les Français la plébiscitent globalement, c'est un Français sur trois qui l'utilise. Nos scientifiques qui savent tout certainement et qui ont tout découvert du corps humain, je suppose, ont une parole. On peut la remettre en cause sur l'homéopathie, parce qu'elle est utilisée aussi sur les animaux et sur les plantes, et là on ne peut pas dire qu'il y a un effet placebo.

Il y a seulement un médecin généraliste dans la Haute autorité de santé. Le reste, ce sont des gens qui sont plus ou moins attachés à des laboratoires. Ils ont une vision qui, à mon avis, est faussée. Ils partent du principe qu'ils n'ont pas réussi à prouver scientifiquement l'efficacité de l'homéopathie. Mais on s'aperçoit qu'il y a un certain nombre de personnes qui l'utilisent, qui sont guéries très rapidement. En plus, l'homéopathie n'a pas d'effets secondaires, contrairement à beaucoup de médicaments. Ces scientifiques feraient bien de dire qu'ils ne connaissent pas tout du corps humain. S'ils n'ont pas compris comment marche l'homéopathie, il n'empêche que statistiquement, ça fonctionne.

L'idée est simplement de dérembourser l'homéopathie mais pas de l'interdire. Où est le problème ?

Si vous le déremboursez, cela veut dire que la TVA va augmenter, cela veut dire que les médicaments homéopathiques vont devenir beaucoup plus chers. Même s'ils ne sont pas très chers, il y a des gens qui vivent avec 1 200 euros net par mois dans une famille où ils sont quatre. L'homéopathie représente seulement 0,3% des remboursements de la Sécurité sociale ! On pourrait trouver d'autres sources d'économies. L'argument scientifique est une vision des choses que nous contestons. Cette façon scientifique de voir les choses ne tient pas compte des statistiques et du ressenti des gens. La médecine n'est pas uniquement quelque chose de scientifique. Il y a de l'humain derrière. Et ça, c'est ce que je reprocherais toujours à une certaine vision de la médecine, qui ne fait pas le tour de la personne.

Comment faire reculer le gouvernement ?

Vous savez, ce qu'une majorité a fait, une autre peut le défaire. Ce qu'un gouvernement veut, les élus du peuple peuvent tout à fait dire qu'ils ne sont pas d'accord. On peut faire reculer le gouvernement. Ce ne sera pas le premier qui reculera sur un certain nombre de choses.