Déremboursement de l'homéopathie : "Je ne comprends pas la décision qui a été prise", déplore la directrice de Boiron à Toulouse

Alors que la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé le déremboursement total de l'homéopathie d'ici 2021, Anne-Laure Weiner, directrice du laboratoire Boiron à Toulouse, fait part de son incompréhension sur franceinfo.

Des tubes de granulés homéopathiques au laboratoire Boiron de Brest.
Des tubes de granulés homéopathiques au laboratoire Boiron de Brest. (FRED TANNEAU / AFP)

"Je ne comprends pas la décision qui a été prise", a réagi auprès de France Bleu Occitanie mardi Anne-Laure Weiner, directrice du laboratoire Boiron à Toulouse, alors que la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé le déremboursement total de l'homéopathie d'ici 2021. D'ici là, le taux de remboursement sera d'abord réduit à 15% pour permettre aux patients, aux industriels et aux prescripteurs de s'adapter, selon le ministère de la Santé. Anne-Laure Weiner évoque "des conséquences autant sur le plan de la santé publique que sur le plan économique et de l'emploi".

"C'est choquant de ne pas avoir tenu compte de l'avis des patients et des professionnels de santé - dont 60% la jugent efficace", a fustigé la directrice des laboratoires Boiron à Toulouse. Elle assure que "l'OMS invite à intégrer les médecines complémentaires dans les politiques de santé publique".

Anne-Laure Weiner a par ailleurs de nouveau exprimé l'inquiétude du groupe Boiron, leader de l'homéopathie en France, concernant "un impact potentiel sur 1 000 emplois" de cette mesure. C'est selon elle "toute une filière industrielle d'excellence en France qui va être touchée". Boiron réalise 60% de son activité dans l'Hexagone.