VIDEO. Furosémide : témoignages exclusifs

Témoignages inédits dans l'affaire du Furosémide Téva, celui du pharmacien de Saint-Malo qui a alerté la justice sur l'inversion du médicament, et celui de sa cliente. Interview exclusive réalisée par France 3.

Après la mise en doute de ses déclarations, le pharmacien de Saint-Malo qui a déclenché l'affaire du Furosémide confirme sa version des faits au micro de Pascale Justice, de France 3. C'est une cliente qui est venue lui faire part de sa découverte : des cachets de Zopiclone, un somnifère, au lieu de son diurétique.

Appelons Marguerite cette dame de 76 ans qui prend tous les matins 2 comprimés de Furosémide, pour de l’hypertension et des oedèmes. Il y a deux semaines, elle tombe sur un cachet qu'elle ne reconnaît pas. Un coup d'oeil sur Internet ne fait que confirmer ses doutes. Direction la pharmacie dès le lendemain.

Marguerite, avec toutes ses boîtes, est reçue par son pharmacien et sa préparatrice. Ceux-ci décident d'ouvrir toutes les plaquettes. Et découvrent eux aussi, à la dernière, un comprimé de somnifère Zopiclone. A-t-il pu être inséré dans la plaquette à la place d'un Furosémide ? Impossible, explique la préparatrice.

Marguerite a connu ces derniers mois des épisodes de somnolence heureusement sans conséquence. Mais sept personnes âgées sont décédées de façon suspecte - sans qu'ait été établi un lien avec l'inversion de médicaments.

Une boîte de diurétique Furosémide des laboratoires Teva, le 9 juin 2013 à Paris. 
Une boîte de diurétique Furosémide des laboratoires Teva, le 9 juin 2013 à Paris.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)