Cet article date de plus de six ans.

La ministre de la Santé promet que le statut des sages-femmes "va changer"

Les contours de cette évolution seront connus mardi. Les sages-femmes sont en grève depuis octobre. Elles souhaitent obtenir un statut de praticien hospitalier, équivalent à celui des médecins.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre de la Santé, Marisol Touraine, dans la cour de l'Elysée, le 5 février 2014. (LCHAM / SIPA)

"D'ores et déjà (...), je peux dire que le statut des sages-femmes à l'hôpital va changer." Invitée d'Europe 1, lundi 3 mars, Marisol Touraine, ministre de la Santé, a confirmé que le statut des sages-femmes, qui sont en grève depuis octobre, allait changer. Son ministère doit préciser les contours de cette évolution mardi.

"Leur rôle médical, leurs compétences spécifiques seront pleinement reconnues, mieux reconnues à l'hôpital public", a-t-elle précisé, sans plus de détails techniques. Le collectif d'organisations à l'origine du mouvement de grève demande notamment que les sages-femmes hospitalières puissent sortir de la fonction publique et obtenir un statut de praticien hospitalier, équivalent à celui des médecins.

"Tous les étudiants infirmiers auront des stages"

"Cent pour cent des étudiants ont aujourd'hui un stage", a par ailleurs indiqué la ministre. Et ce "grâce à la mobilisation du ministère, des hôpitaux publics, des instituts de lutte contre le cancer, de certaines cliniques aussi qui n'ont pas accepté de rejeter les étudiants, et des établissements privés à but non lucratif".

Les étudiants sont victimes d'un bras de fer entre les cliniques et le gouvernement, qui a annoncé une baisse des tarifs 2014 pour les cliniques privées. Se jugeant lésées par rapport aux hôpitaux publics, les cliniques ont appelé à ne plus accueillir d'étudiants à partir du 1er mars. "Je trouve que l'attitude des cliniques n'est pas une bonne attitude", a fustigé Marisol Touraine. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.