Rentrée : la chasse aux poux

En Loire-Atlantique, deux centres anti-poux se sont créés en seulement un an. Reportage.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Les poux sont devenus les colocataires de Mélodie, 8 ans. Aujourd'hui, elle se fait chauffer les cheveux, une nouvelle méthode écologique à Nantes (Loire-Atlantique). "La machine déshydrate les lentes et les poux, ce qui fait qu'après cette étape, les poux et les lentes sont morts", explique Delphine Plévert, chasseuse de poux dans un centre spécialisé. La famille Foucher est venue quelques jours avant la rentrée, mais leur mère craint que ce traitement ne soit pas suffisant. "À l'école, c'est un fléau", déplore-t-elle. Delphine Plévert a ouvert ce centre après avoir passé 18 mois à essayer d'éradiquer les poux d'une de ses filles. Les petites bêtes ont même infesté la vie de famille. 

Des poux aspirés vivants

De l'autre côté de la Loire-Atlantique, on teste une autre méthode. Les poux sont aspirés vivants. Puis méticuleusement, on filtre mèche par mèche les lentes. Il faut les enlever à la main. Aucun enfant n'est prédisposé à avoir des poux. Si vous êtes adolescents, évitez les selfies tête contre tête. C'est un des moments où le pou se propage le plus vite. Pour des cheveux mi-longs, comptez 75 € le traitement. 

Le JT
Les autres sujets du JT
En cette dernière semaine d\'école, des parents ont anticipé les vacances et n\'envoient plus les enfants en classe (illustration).
En cette dernière semaine d'école, des parents ont anticipé les vacances et n'envoient plus les enfants en classe (illustration). (BONNIERE PASCAL / MAXPPP)