Cet article date de plus de six ans.

Le lien entre virus Zika et microcéphalie du fœtus ne fait "plus aucun doute"

Selon des chercheurs des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), le virus transmis par le moustique est bien à l'origine de graves malformations du fœtus.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un moustique Aedes Aegypti, dans un laboratoire de Californie (Etats-Unis), le 25 janvier 2016. (LUIS ROBAYO / AFP)

Des chercheurs américains ont établi pour la première fois avec certitude que le virus Zika peut provoquer la microcéphalie du foetus, selon une étude publiée mercredi 13 avril. "C'est désormais clair, le Zika provoque bien la microcéphalie", a déclaré le Dr Tom Frieden, directeur des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), en présentant les conclusions de cette étude publiée en ligne dans le New England Journal of Medicine (en anglais).

"Il ya encore beaucoup de choses que nous ignorons"

Les autorités avaient une forte présomption que le Zika, surtout transmis par un moustique, pouvait provoquer des malformations chez les fœtus des femmes enceintes infectées, mais n'en avaient pas encore l'absolue certitude. "Il y a encore beaucoup de choses que nous ignorons mais il n'y a plus aucun doute : le Zika est une cause de la microcéphalie", assure Tom Frieden. Par exemple : quel moment de la grossesse est le plus sensible ?

Selon lui, cette étude "marque un tournant dans cette épidémie" qui frappe surtout l'Amérique du Sud, plus particulièrement le Brésil où on a dénombré plus de 1,5 million de cas, dont de nombreuses femmes enceintes, et une forte augmentation des cas de microcéphalie. En temps normal cette affection est plutôt rare. "Jamais avant cela nous n'avions connu une situation dans laquelle la piqure d'un moustique pouvait provoquer une malformation dévastatrice chez le foetus", a souligné le Dr Frieden.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Virus Zika

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.