Grippe aviaire : un foyer identifié dans un élevage du Morbihan, le "premier cas de l'automne" en France

Le ministère de l'Agriculture a fait cette annonce mardi, alors que le niveau de risque passera mercredi de "négligeable" à "modéré" sur le territoire métropolitain.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un élevage de canards dans une ferme d'Urt (Pyrénées-Atlantiques), le 6 septembre 2022. (GAIZKA IROZ / AFP)

Un foyer de grippe aviaire, le "premier de l'automne 2023" en France, a été identifié dans un élevage dans le Morbihan, a annoncé le ministère de l'Agriculture, mardi 28 novembre. "L'Europe enregistre depuis plusieurs semaines une dynamique de propagation du virus de l'influenza aviaire" et "la pression d'infection liée à la faune sauvage migratrice va progressivement s'accroître", explique le ministère. Plusieurs oiseaux sauvages infectés ont été retrouvés dans la Meuse, en Camargue et dans le Morbihan, où "un élevage de dindes a été déclaré foyer" de grippe aviaire.

Un peu plus tôt dans la matinée, un arrêté avait relevé le niveau de risque de "négligeable" à "modéré", une mesure qui entre en vigueur mercredi à l'échelle du territoire métropolitain. Cette disposition a été prise après "la mise en évidence d'une dynamique d'infection dans l'avifaune sauvage migratrice dans les pays voisins et vise à renforcer les mesures de surveillance et de prévention", est-il précisé dans le texte paru au Journal officiel.

Le risque épizootique auquel sont exposés les volailles et autres oiseaux captifs en cas d'infection des oiseaux sauvages par un virus de l'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) est classé en trois catégories : "négligeable", "modéré" et "élevé". Ce risque avait été abaissé à "négligeable" en juillet. Avant cela, la France était restée en niveau de risque "élevé" à compter de novembre 2022, avant de redescendre à "modéré" en avril.

La vaccination obligatoire dans les élevages de plus de 250 canards

L'épizootie de grippe aviaire, qui sévit aussi en Amérique, en Europe et en Asie, a conduit à l'euthanasie de dizaines de millions de volailles ces dernières années en France. Depuis l'été 2021, elle a provoqué l'abattage de 32 millions de volailles. La France a observé une endémisation du virus parmi la faune sauvage locale, alors que le virus arrivait plutôt auparavant par les oiseaux migrateurs.

Dans l'espoir de maîtriser enfin le virus, le gouvernement a rendu obligatoire la vaccination dans les élevages de plus de 250 canards, hors reproducteurs, à partir du 1er octobre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.