Économie : que faire pour le remboursement de la dette Covid ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Economie : que faire pour le remboursement la dette Covid ?
France 2
Article rédigé par
J.Duponchel, P.Moisson, L.Bignalet, S.Agrabi Zorkani, O.Dumont, E.Noel - France 2
France Télévisions

De nombreux secteurs économiques, totalement à l’arrêt en raison de l'épidémie de Covid-19, ne survivent que grâce aux aides de l’État. Alors que le déficit public se creuse (la dette a atteint 120% du PIB en 2020), le débat sur les remboursements fait rage. 

L’État a dû mettre la main au portefeuille pour maintenir l’économie à flot durant la crise sanitaire liée au Covid-19. Résultat, la dette explose : 178 milliards d’euros de plus en 2020. Faut-il isoler la dette du Covid du restant de la dette nationale pour permettre d’étaler son remboursement dans le temps ? C’est ce qu’envisage le gouvernement. "Nous la rembourserons en la cantonnant et en la séparant des 100 points de dette initiale", a déclaré en juin 2020 le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. 

Le monde politique divisé

L’idée divise cependant. Pour certains, il faut tout simplement repousser le remboursement de la dette au siècle prochain. Guillaume Peltier, député LR du Loir-et-Cher, propose ainsi que "l’Union européenne et la Banque Centrale isolent cette dette de guerre des dettes publiques nationales", ce qui "redonnerait de l’oxygène aux budgets publics nationaux pour investir dans la croissance, pour lutter contre la pauvreté".

Pour d’autres, comme le député LR de l’Oise Éric Woerth, il faut payer tout de suite. "Si vous faites ça, ça veut dire que vous pensez qu’il n’y aura plus de crise, justifie-t-il. S’il y a une crise à nouveau dans deux, trois ans, trois mois, dix ans, vingt ans, vous allez rajouter et vous n’allez jamais rembourser." Parmi les propositions fiscales, une taxe sur les GAFAM ou une taxe carbone aux frontières de l’Europe sont envisagées. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.