VIDEO. Où sont les lits de réanimation "durables" annoncés par Olivier Véran ?

Juste avant le reconfinement, pour rassurer les médecins et la population, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé une augmentation du nombre de lits de réanimation : “Nous sommes passés de quelques 5 000 lits de réanimation armés dans notre pays à 5 800 lits durables avant la crise.” Des lits durables, mais pour combien de temps ?

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

A l’hôpital de Salon-de-Provence, le chef de service de réanimation a été surpris par les annonces du ministre alors que son service déborde de patients Covid. Face à la deuxième vague, rien de durable, le Docteur Ali Mofredj a dû s'adapter pour ouvrir des places temporaires : 6 lits provisoires ont été ouverts au bloc opératoire et 4 chambres de soins continus ont été transformées en chambres de réanimation.

Ici, personne n’a entendu parler de pérennisation des lits et encore moins des 133 lits "durables" que le ministère dit avoir ouverts en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Bien au contraire, la fermeture de plusieurs services de réanimation est programmée dans la région d'ici 2023. "Le schéma régional en cours, c’est objectif 5 services en moins." regrette le Docteur Mofredj.

"C’est peut-être un abus de notre part de penser que tout le monde allait comprendre la notion de durabilité."

Alors à quoi faisait référence le ministre quand il annonçait que la France avait gagné 800 lits "durables" ? Il y avait une subtilité : pour le gouvernement, un lit "durable" est en fait un lit prévu pour durer le temps de la crise… Mais ça n’était précisé nulle part.

Explication de texte par l'administration d'Olivier Véran : "C’est peut-être un abus de notre part de penser que tout le monde allait comprendre la notion de durabilité, nous explique un responsable du Ministère des Solidarités et de la Santé. Mais pour nous il n’y a vraiment pas d’ambiguïté, les lits durables ce sont des lits durables pendant la crise." 

"C'est du foutage de gueule !"

Le Syndicat National des Médecins Réanimateurs des Hôpitaux Publics se sent floué par ces lits "durables" qui pourraient ne pas durer au-delà de la crise. Son Président réclame de vraies créations de lits depuis des mois : "Si on me permet l’expression c’est du foutage de gueule ! s'emporte le Professeur Djillali Annane. L’enjeu c’est bien de se préparer correctement pour l’éventuelle troisième vague et au-delà de cette éventuelle troisième vague. On ne peut pas se satisfaire d’un système de santé qui serait aussi facilement saturable."

Contacté, le cabinet d’Olivier Véran affirme ne pas savoir si les 800 lits qui ont duré le temps de la crise seront conservés au-delà. Les lits durables restent donc pour le moment des lits... temporaires.