Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Lutte contre le coronavirus en Italie : une application pour dénoncer ceux qui ne respectent pas les règles

Comme dans beaucoup de villes italiennes, la municipalité de Piacenza, près de Milan, est en première ligne dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. Et elle ne semble pas craindre d'encourager la délation entre ses citoyens – mais le chef de la police locale préfère utiliser le terme de "dénonciation". Un extrait d'"Envoyé spécial. 

"Rassemblement", "Etablissement ouvert", "Non-respect du confinement"... Autant d'infractions aux mesures (allégées depuis le 4 mai dernier) mises en place en Italie pour lutter contre la propagation du Covid-19. L'application gratuite 1Safe permet aux Italiens de signaler à la police municipale des incidents liés à la sécurité directement depuis leur smartphone. Cette application participative existe depuis trois ans, mais depuis le début du mois de mars, elle s'est dotée d'une nouvelle icône "coronavirus".

Un signalement, c'est bien, mais avec une photo, c'est encore mieux. Deux personnes assises sur un banc, quatre jeunes jouant au ballon... A Piacenza, à une soixantaine de kilomètres de Milan, il n'en faut pas plus pour décider les policiers à intervenir. Certains de ces signalements sont accompagnés de messages surprenants : "Personne hors de son domicile sans aucune raison apparente", "Toujours le même imbécile qui se balade avec son air benêt"...

"Ça nous aide énormément", affirme le commandant de la police locale

Les signalements arrivent instantanément sur les ordinateurs de la police municipale. Il suffit d'accéder à leur localisation pour savoir où envoyer la patrouille la plus proche. "Ça nous aide énormément", affirme son commandant. Avec l'application, les 30 agents sont alertés en temps réel.

Cette petite ville d'Emilie-Romagne, qui est aussi un carrefour commercial, a subi l'épidémie de plein fouet. Comme ailleurs en Italie, les autorités locales ne craignent pas, pour faire respecter les décrets, d'encourager la délation entre citoyens. Même si, à Piacenza, le commandant de la polizia préfère le mot "dénonciation". Selon un sondage, la population italienne approuverait à 72% ces pratiques, considérées comme une forme de patriotisme.

Comme dans le reste du pays, la mairie est en première ligne dans la lutte contre la pandémie. A Piacenza, c'est l'adjoint au maire chargé de la sécurité, membre du parti d'extrême droite la Ligue (anciennement Ligue du Nord), qui est à l'origine de la mise en place de cet outil de "dénonciation". 

Extrait de "Dénonciation à l'italienne", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 14 mai 2020.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Confinement : l\'application italienne qui encourage la \"dénonciation\" – avec la bénédiction des autorités 
Confinement : l'application italienne qui encourage la "dénonciation" – avec la bénédiction des autorités  (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)